Les pruneaux sont cuits

Se retourner dans sa tombe
Ca n'a pas pu vous échapper, le plus grand club de l'histoire du rugby est devenu le plus petit.
Le SUA club phare (avec une ampoule grillée hélas) du Lot-et-Garonne descend dans les enfers de la proD2. Enfer, en effet. Car le club du vieux Ferrasse, du gros Dubroca et du petit Berbizier n'est pas au bout de ses peines. En division inférieure, ils se frotteront probablement à une charnière toulonnaise Gregan-Mehrtens, un paire assez méconnue s'il en est… On peut faire confiance au talent du seul Arnaud Marchois (surtout connu pour avoir chauffer les tribunes de Jean-Bouin) pour résister. Comment imaginer qu'un joueur comme Kelleher et d'autres, malgré la fréquentation Jet Set de son nouveau championnat, vienne s'emmerder dans ce qui s'appelait avant le groupe B. A suivre…
Coup de chapeau au management de Dubroca: après s'être débarassé de Christian Lanta (qui avait emmené le club en finale du championnat (du jamais vu depuis 1990) et en coupe d'europe), il a fait venir une improbale paire d'entraineurs en associant l'autiste Didier Faugeron à l'inexpérimenté Van der Liden. La communication n'est jamais passée avec les joueurs. Quand Daniel le magnifique a bien voulu s'en rendre compte, il ne restait au club agenais que des matchs couperets avant une éventuelle descente. C'est le moment que l'ancien talonneur de l'équipe de France a choisi pour virer la fine équipe. Autogestion, nouvel entraineur et Prod2 furent les derniers épisodes d'une histoire commencée en 1926.
Un chef-d'oeuvre…

Une réflexion au sujet de « Les pruneaux sont cuits »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *