Athlétisme : à la poursuite d’Osaka

nngimages.jpg

La guigne poursuit l'équipe de France. Les blessures tombent, les records non, les minima non plus. La série noire ? Si seulement…

Ca ne tourne p'Arron

La Reine (du pauvre) Christine, selon Patrick Montel, ne sait plus où elle en est. Auteur d'un 11″24 qui lui aurait presque valu un podium aux Europe de Göteborg l'an passé, elle n'a pas réussi les minima (11″18) d'une (on ne le répètera jamais assez) très confiante DTN. Du coup, la pauvre Arron raconte tout et son contraire. « J'ai la performance (les minima) dans les jambes, je vaux mieux que mon chrono d'aujourd'hui. Ce n'est pas inquiétant, ça viendra progressivement. Je dois juste bien dormir » Elle n'en dort plus la nuit, mais ce n'est pas de l'inquiétude. « Je n'ai pas la pression, mais c'est vrai qu'il n'y a plus beaucoup d'occasions de les faire et que c'est un peu stressant. » Elle respire tellement la sérénité qu'elle enchaîne les faux départs pour gagner du temps…

Naman quitta la scène

Alors lui, il n'est plus, mais alors plus du tout dans le trip de la Fédé. La confiance, il s'en souvient à peine. Dépressif après son 49″97 (minima 48″70) ? « J'ai un nouveau problème technique à chaque course, je ne comprends pas. Là, j'ai eu un problème de foulée entre le départ et la première haie, j'ai fait 21 foulées au lieu de 22, c'est bizarre… » Non, c'est de l'incompétence. Sûrement observé par les grands yeux de Francky Chevalier, il se rattrape : « Le principal, c'était de gagner la course malgré cette mauvaise première partie. Je ne suis pas inquiet, ça va venir. »

Ladji tout pourri

Le pauvre ne sait même plus courir. Battu par James Brown (!), il lui faudra beaucoup de courage pour Osaka. Car lui, c'est sûr, il ira. Mais cela risque de ressembler à de la figuration. En tout cas, la confiance est là : « Je ne suis pas inquiet mais frustré. » Avant de pointer, avec lucidité, le coeur du problème : « Je prends un mauvais départ et je suis mal placé, je subis toute la course ». Rien que ça ? Facile…

Marc se rhabille

Le très peroxydé Marc Raquil, ancienne égérie du McDo, a décidé d'un commun accord avec lui-même de mettre un terme à sa carri… saison, pardon. Il souffre d'une petite lésion aux ischio, ce qui signifie qu'il n'a rien, si ce n'est un niveau de daube. Puisqu'il lui faut 4 à 5 semaines de repos, Amelie Mauresmo lui aurait proposé de la rejoindre au « club Merdes », pour les vacances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *