Athlétisme, championnats du monde : A la poursuite d’Osaka

championnatsdefrancedathletismembandjocketlesespoirsenevidenceresize215.jpg

La voici, la voilà, la fameuse liste (tant attendue ?), des athlètes sélectionnés pour les Mondiaux d'Osaka. Ils seront donc 54, dont 41 en individuel. Intéressante distinction toutefois entre les athlètes ayant réussi les minimas et ceux qui les ont foirés, mais ont été récupérés pour faire le nombre.

Le leadercheat pour Djhone

Intéressant surtout car cette dernière catégorie recèle quelques bijoux. Le premier est sans conteste Leslie Djhone, qui a enchanté le public niortais d'un temps pas loin des minimas, certes, mais au-dessus. Le concurrent de Marc Raquil pourra toujours se consoler en se disant que le Mc Peroxydé ne sera pas de la partie, lui. En revanche, il sera accompagné dans le club des tocards par Naman Keita (une objection ?), ou Yves Niaré, la nouvelle perle de l'athlétisme français.

Et Ronald Pognon qui ne pourra pas non plus venir. Invectivé dans la presse pour ne pas être venu à Niort (pour une blessure) par son plus « show » concurrent en France, le très érudit Martial Mband »joke », il laisse donc la place à son ambitieux aîné comme représentant du sprint français. A part prier pour une génération Carl Lewis pour les Bleus sur 100m hommes à Osaka, il n'y aura même pas de demi-finale. (A Niort, Mbandjock a fait 30m, arrêté par des crampes… saloperie de demi-fond, c'est usant).

La confiance aveugle

Par contre, les femmes devraient assurer. Arron, peut-être, encore qu'on ne sache plus trop. Cela dépend si elle dort ou non, mais aussi de la chaleur qui lui donne de la tachychardie, et de la pression du moment multipliée par les conseils que lui donne Caristan. Bref, la reine Christine est une femme très compliquée. Muriel Hurtis est plus simple, et a le potentiel pour une médaille, c'est sûr. Ce que n'a pas Doucouré, c'est sûr aussi. Enfin, sait-on jamais : nous ne croyions pas que la France puisse avoir 50 athlètes à Osaka, et la DTN a fait un remarquable boulot. Encore bravo, d'avance. D'ailleurs, Arron adoube son DTN, puisqu'elle déclare être en pleine confiance malgré des alertes cardiaques. Inch'Arron.

Dovicissitude

Lueyi Dovi était très heureux dimanche. Il a même qualifié d'incommensurable la joie que lui a procuré son titre de champion de France, avec l'abandon de M'Bandjock au bout de 30m. Coqu(a)in qu'il est, il a pourtant préféré se retirer tout seul la possibilité d'aller à Osaka, pour se consacrer à son appel : n'oublions pas qu'à l'automne 2005, il avait été interpellé pour « acquisition, détention et transport de substances vénéneuses » et condamné à 500 euros d'amende.
Et 500 euros, quand on court pour une sélection sponsorisée par Spar, c'est… incommensurable. Voilà pourquoi le seigneur qu'il est s'est retiré. A noter que la FFA s'est portée partie civile dans le procès, pour atteinte à son image. Autant dire que sa sélection était en très bonne voie…

Une réflexion au sujet de « Athlétisme, championnats du monde : A la poursuite d’Osaka »

  1. Avec ses 10 »45 (record de la Ligue du Centre de sa catégorie), le récent champion de France juniors du 100 m Yannick Lesourd aurait pu faire un podium sur la distance aux championnats de France Elite.

    C’est assez révélateur du niveau actuel du sprint français. On en reviendrait presque à regretter Stéphane Cali…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *