Athlétisme, Mondiaux d’Osaka, Arron : 11″08, le temps de la retraite

osakaka.jpg

Le reine Christine Arron a confirmé son statut : en prenant la 6e place, elle a manqué une finale largement à sa portée. Comme d'habitude.

Christine Arron est en retraite. Ou du moins, elle devrait. Car ce n'est pas à son âge qu'elle changera quelque chose au cours de son histoire. La répétition des événements a rendu dépressif plus d'un Français, et il est certainement temps d'arrêter les frais.

Couru d'avance

Comme nous vous l'annonçions dès le 24 juin, Christine Arron s'est loupée. La montée en puissance était prometteuse, sa forme asiatique aussi. Bon, d'accord, elle dort encore mal, mais rien de nouveau, c'est le stress, elle est Française. Mais dès que la compétition a commencé, on a senti ce vent de déjà-vu. Une série remportée facilement, mais avec un départ pourri et une accélération nécessaire. Pareil en quart, puis en demi-finale où elle finit 2e. Oh, elle avait le 3e temps des demies ? Elle aura eu la médaille de bronze des séries, et les éloges de la presse chauvine et amnésique. Problème : Arron s'est vautrée, et c'était très prévisible. La faute, encore une fois, à cette satanée accélération qui ne vient pas en finale. Pourtant aujourd'hui son départ était plus que correct, mais ses réserves étaient épuisées par l'âge et l'accumulation des courses.

Française et fière de l'être

Aujourd'hui, même si Patrick Montel cherche des excuses à sa reine, elle n'en a plus aucune. Depuis 1998 et l'époque de son accélération phénoménale que sa jeunesse lui permettait de rééditer à chaque course, elle n'a pas fait une finale potable dans un grand championnat. Elle s'est présentée dans 4 finales différentes, avec au mieux une 3e place à Helsinki en 2005, bien pauvre en regard de ses capacités. Les champions des autres pays n'ont, curieusement, jamais de problème. Pas besoin de regarder ailleurs, la France avait aussi une vraie championne, elle s'appelait Pérec. Diagana, qui avait le profil d'Arron avec toujours un pet de travers, a réussi à progresser jusqu'au titre mondial, après le bronze et l'argent. Arron n'y arrivera pas, et ne marquera pas l'histoire. Injuste, car depuis 10 ans, elle est la meilleure et de loin. Elle possède le vrai record du monde du 100 m vu que Jones et Griffith-Joyner n'étaient en réalité que des marques de seringue : 10″73, un temps qui ne sera ni approché, ni égalé dans les 50 prochaines années.

Aujourd'hui, son vrai bilan, c'est quatre entraîneurs dégoûtés. Personne ne saurait la changer, pas même Daniel Dutuel, puisque le problème n'est pas technique. C'est de la concentration qui lui manque, et à 33 ans, c'est trop tard pour se soigner.

Une réflexion au sujet de « Athlétisme, Mondiaux d’Osaka, Arron : 11″08, le temps de la retraite »

  1. Vous avez raison lorsque vous dites que Christine Arron détient probablement le record du Monde du 100m.
    Néanmoins, je ne partage pas votre avis lorsque vous dites qu’elle devrait prendre sa retraite: N’oubliez pas qu’elle finit certes 6è de la finale Mondiale mais en ayant eu une année complete de blessure en 2006, et qu’elle termine seulement à 7 centièmes de la première. Ne soyez pas sévère avec Christine Arron, je pense sérieusement qu’elle est capable de ramener une nouvelle médaille lors des Jeux de Pékin.
    Vous parliez de dopage juste avant, et qui ne vous dit pas que les jeunes femmes qui ont précédé Christine lors de la finale ne sont pas elles-même mélées à des affaires de stupéfiants?
    Personne n’est sur, personne ne peut savoir ce qui se passera l’an prochain à Pékin. De grâce, ne nous faite pas de pronostiques pessimistes!

  2. Bonsoir Julien,

    Vous avez raison, il est tout à fait possible que celles qui ont devancé Arron soient dopées elles-aussi. C’est d’ailleurs la thèse que nous avons développé dans la rubrique édito à propos du cas Marion Jones. Il reste que dopage ou non, Arron se plante régulièrement en grands championnats depuis 98 car elle est finalement son seul véritable adversaire. Une championne avec un tel potentiel ne réussit une compétition que lorsqu’elle obtient l’Or. Or son mental ne lui permettra hélas sans doute jamais de réussir une finale. C’est pourquoi nous avons parlé de retraite, car Pékin ne risque que d’ajouter une déception de plus. Mais sachez que nous serons les premiers à nous réjouir si elle nous faisait mentir. Car si elle est propre, elle mérite le titre.

    Merci de votre participation
    A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *