Athlétisme, Mondiaux d’Osaka : La France fanny ?

diniz.jpg

Après trois jours de compétition, le tableau des médailles de l’équipe de France est toujours vierge. Et c’est parti pour durer… Peut-elle revenir les mains vides du Japon ?

Privée de Désert

Solen Désert est à l’image de l’athlétisme français : en perte de vitesse. La recordwoman de Bretagne a bouclé tant bien que mal à Osaka son plus mauvais 400 m de la saison ; sûrement avait-elle axé sa préparation sur les championnats de France. En 54’’03, elle a tout de même réussi l’exploit de tourner 5 secondes moins vite que Marie-Jo Pérec à Tokyo (49’’13) en… 1991. La pauvre doit se retourner dans sa tombe.

Les mains Baala-deuses

Le petit prince du demi-fond français s’est fait avoir comme un imbécile qu’il est. Au lieu de prendre ses responsabilités et de mener le 1.500 m à son train, Baala prisonnier s’est laissé enfermer et n’a rien trouvé de mieux que de plaquer un Marocain pour pouvoir remonter. « Dans la ligne droite, je ne pousse personne. Je suis sur eux, c’est tout », s’est-il défendu. Qui se charge de dire à Mehdi qu’on n’a pas le droit non plus de marcher sur ses adversaires ?

One Naman show

Comme on pouvait s’y attendre, Keita a passé un p’tit tour. Et s’en est allé (49’’16 en demie du 400 m haies). A la ramasse toute la saison, incapable de taper les minima, le grand Naman n’avait strictement rien à foutre au Japon, si ce n’est un peu de tourisme. Merci la DTN…

Traitée d'Eunice

Elle non plus n’aurait « pas dû venir ». Elle a au moins l’intelligence de le reconnaître. Eunice Barber, qui avait pourtant fait l’impasse sur l’heptathlon pour éviter de se faire humilier par Carolina Klüft, a été moins loin (6,51 m) que Marie Collonvillé (6,67 m) à la longueur. C’est tout dire.

La marche de l'espoir

Les espoirs de podiums français tombent aussi vite que les trois premières haies de Ladji Doucouré. Et ce n’est pas le hurdler, régulier au-delà des 13’’50 cette saison, qui devrait inverser la tendance ; pas plus que Bob Tahri, passé par la petite porte en finale du 3.000 m steeple (8’20’’09) après une fin de course aussi intelligemment gérée que son pote Baala. On voit mal Mesnil montant (perche) et N’Zola Meso giorno (triple) créer la surprise. Si Hurtis réussi à aligner 3 courses, elle a toutes les chances de ne pas finir chocolat tandis que le relais 4 x 100 m ira dans les pâquerettes si jamais Arron n’arrive pas à retrouver le sommeil. C’est dur à dire, mais il va sûrement falloir se taper un 50 km marche et la tronche de Diniz (photo ci-dessus) en plein milieu de la nuit de samedi à dimanche (0h00) pour espérer voir une des seules chances de médaille française.

Une réflexion au sujet de « Athlétisme, Mondiaux d’Osaka : La France fanny ? »

  1. Bonsoir,

    Je tenais à mon tour à féliciter lauteur de cet article qui avait bien senti que lon devrait se farcir Diniz et même sa femme pendant 3h pour voir une médaille. Et bravo à Romain Mesnil qui devient petit à petit une valeur sure. Il était temps…

  2. Je trouve ta critique sur Solen désert totalement déplacé , tu te permet de te moqué d’elle alors que tu ne sais pas exactement ce qu’il c’est passé , et la comparaison avec pérec est plus que moyenne , on sait trés bien que pour battre les filles de l’urss qui était bourré de produit dopant à l’époque elle a dut en prendre elle aussi forcément alors que solen elle est réguliérement laminé par les russes qui continuent à ce dopé allégrement donc bref la critique est une chose mais elle est plus constructive lorsque l’on prend le temps de s’informé et de regardé les choses en face.
    A bon entendeur adieu !

  3. Echec et Mat,

    Vous avez l’air de trouver du talent à Solen Dessert, libre à vous. Vous feriez donc partie du fameux club des gens favorables à une selection de nuls incapable d’entrer en finale. Une fois encore libre à vous. Cependant porter des accusations diffamatoires sur Pérec, sans apporter aucune preuve hormis un raisonnement sans faille, est sans doute moins bien vu. En effet, votre analyse est diablement ingénieuse et votre connaissance de l’athlé sans faille. Les adversaires de Perec étaient bien-sûr essentiellement des Russes comme le montre par exemple le classement de Tokyo 91:
    1. Marie-Jose Perec FRA 49.13
    2. Grit Breuer GER 49.42
    3. Sandra Myers ESP 49.78
    4. Olga Vladykina-Bryzgina SOV 49.82
    5. Jearl Miles-Clark USA 50.50
    6. Ximena Restrepo COL 50.79
    7. Lillie Leatherwood USA 51.53
    8. Diane Dixon USA

    Petit détail géographique, la colombie, l’espagne, les Etats-Unis et l’Allemagne ne se trouvent pas sur le territoire de l’ex-URSS.

    Ensuite, effectivement il y avait du dopage, comme nous l’évoquions précedemment, notamment avec Monsieur Grit Breuer.
    Pour vous Pérec ne pouvait donc que se doper pour gagner. Ses qualités athlétiques exceptionnelles n’y sont donc pour rien, ni son talent, ni même son travail. Ses perfomances étant hors norme depuis toute petite, il faut donc considérer qu’elle se chargeait presque depuis sa naissance. Elle nous a bien eu la vilaine. Au moins on ne risque pas d’avoir de soupçon sur la surdouée Solen qui comme vous le rappelez, avec fierté, se fait laminer par les méchantes russes (au passage, il n’y en avait qu’une en finale et elle a fait 6ème, redoutable!). On peut imaginer en effet qu’avec ses 54 secondes, que la Bretonne serait devenue championne du monde si le dopage n’avait pas existé.Un temps que Pérec battait déjà quand elle avait 6 ans. Mais maintenant on sait ce qu’il en est des performances de la guadeloupéenne…
    Vous avez donc eu raison contrairement à nous de bien vous informer et de regarder les choses en face.
    Pour montrer l’excellent niveau de Désert(dont le record est 51″42), on peut rappeler que le record de France en 1969 était de 51″72. C’était il y a combien de temps déjà ?

  4. de toute facon celle la à defaut de porter une medaille mondiale ou olympique voir meme continentale autour de son cou elle porte deja bien son nom pour son palmares,et c est surtout dommage pour elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *