Football, Ligue 1, Marseille : OM ou on n’aime pas…

bami.jpg

Les supporters marseillais ont quitté le Vélodrome furieux après la défaite à domicile contre Nice (0-2). Difficile de prendre un but d'Hognon sans chialer. Albert Emon est plus que jamais menacé.

Bonne nouvelle pour l'OM : ce n'est pas uniquement quand Cissé joue que la machine ne tourne pas. Absent, l'attaquant marseillais a pu assister au désastre de l'après-midi. L'OM s'est incliné contre Nice, en affichant une impuissance des plus inquiétantes. On pensait que le match de Caen avait lancé la saison de l'OM, mais il faut croire que cette équipe n'a rien d'équilibrée, contrairement à ce que tout le monde claironnait en début de saison. Etat des lieux ligne par ligne des carences marseillaises, aussi choquantes que le verbiage de Pape Diouf.

Une défense laxiste

Rodriguez et Givet, cela avait de la gueule sur le papier. Seul problème, ils n'ont plus leur niveau monégasque, témoin cette relance pleine surface du premier à D'Ornano. Et pour les suppléer, Zubar et Faty se tiennent prêts, enfin du mieux qu'ils peuvent puisque le premier jouait milieu à Caen et a été très moyen l'an passé à l'OM tandis que Faty n'a jamais été titulaire à Rennes. Beye est écarté, Taiwo toujours aussi fin tactiquement, Bonnart vient du Mans (pas la peine d'en rajouter).

Un milieu en carton

C'est la grosse déception. On revoit encore Anigo conjurer les erreurs du passé, parlant d'un milieu joueur, qui a perdu Ribéry, vite remplacé par Ziani, le même style de joueur. Même style, d'accord, mais moins bon : Ziani est un meneur de jeu et ne secoue pas les défenses adverses comme son devancier. Nasri n'a rien retrouvé de sa fin de saison passée. Enfin, Cana et Cheyrou sont de bons récupérateurs, mais question automatismes, ça ne ressemble à rien. A la rigueur, on préfère voir M'Bami, il fait le spectacle avec ses perles dans les cheveux. Là, quand l'adversaire commence à pousser, ça souffre. Quand il mène, c'est quasi-impossible de revenir. Le plus bel exemple restera ce match de Nice : les Aiglons ont laissé le ballon aux Marseillais : résultat, peu d'occasions, un jeu brouillon et plein d'espaces dans le dos. Dominer, les Olympiens ne savent pas faire. Vivement la Ligue des Champions.

Une attaque de feu-bons joueurs

Là, on tombe dans l'incertitude. L'OM s'est escrimé à garder Cissé. Pas forcément bête. Mais pour l'utiliser de la seule manière qui le rend inutile : seul sans soutien. Et Djibrill, quand on le laisse se démerder, il frappe. A côté, au-dessus, il cogne, de 40m, il arrose, c'est pas grave. Pagis, le seul à pouvoir le rendre bon (avec un Niang qui déborde, c'est à dire qui joue autrement qu'actuellement), est parti et a été remplacé par Moussilou. Soit une buse qui joue comme Cissé, mais en plus mal, comme nous l'avons déjà écrit. A côté, Zenden est déjà en retraite et soigne son bronzage, Valbuena et Gragnic font le nombre à l'entraînement.

Marseille a donc encore une fois parfaitement réinjecté l'argent tiré du transfert de sa star, trois ans après Drogba. La route du maintien sera peut-être longue, et le pauvre Emon va encore se faire virer.

Une réflexion au sujet de « Football, Ligue 1, Marseille : OM ou on n’aime pas… »

  1. C’est incroyable qu’une équipe comme marseille qui a un président plein aux as ne garde pas les joueurs qui font sa force. Drogba, Ribery…nasry l’année prochaine. Bref marseille n’a plus que son passé pour faire rêver. Droit au but…mais faut quand même cadrer :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *