Ligue 1, 3e journée, OM, PSG, Auxerre, Lyon : qui ne sautera pas ?

92848maoulidasochaux.jpg

La L1 n'a livré que trois journées, mais déjà quelques verdicts tombent. Certaines équipes sont d'un niveau effroyable. Donc certains entraîneurs sont déjà menacés. Faites vos jeux !

Il y a eu tellement de scores surprenants lors de cette 3e journée qu'on ne sait où donner du tacle. Comprenez-nous : est-ce plus honteux de perdre à Valenciennes 2-1 ou à domicile contre Lorient 1-3 ? Voire à Strasbourg 3-0 sans jamais se créer d'occasion. On attend impatiemment la réaction du champion lyonnais, dont la fin de cycle est aujourd'hui avérée.

La Metz est dite

Commençons par les futurs limogés. Il est déjà acquis que Fernandez et Emon vont se disputer le « viré » le plus rapide de la saison. A moins que l'excellent De Taddeo ne finisse par agacer le messie messin Carlo « looping » Molinari. Avec trois défaites en autant de matches, il fait fort et condamne déjà Metz, qui ne pourra pas compter sur le talent de ses meilleurs joueurs Malick Diop ou Pascal Belhomo, puisqu'ils n'en ont pas.

Maoulidarladirladada

Fernandez, lui, n'a pas que des tanches dans son effectif. Mais il leur donne une anti-confiance idéale : non seulement il fait de Pedretti un leader, mais en plus il se prive de Maoulida qui, s'il n'est qu'un Bakayoko du pauvre, a au moins le mérité de se créer des occasions avant de les foirer. Mais voilà, deux penalties manqués, un manquement aux consignes et quelques larmes l'ont convaincu: écarter du groupe le Malouda des dislexyques à Strasbourg, pour le griller déjà. Auxerre est un candidat sérieux à la relégation, et Guy Roux n'est plus là (et il le regrettera aussi).

Pas l'OM de la situation

Certes, le bilan d'Emon(iaque) n'est pas aussi dramatique, avec deux points. Mais perdre à Valenciennes en alignant Zenden, Cissé et M'Bami alors qu'on est déjà taxés de jouer comme des daubes, c'est comme Paul Gascoigne qui arrive bourré à son procès pour ivresse sur la voie publique. Le gentil Emon n'a déjà plus de temps, et tout autre résultat qu'un succès large contre Nancy au Vélodrome l'installera dans un manège Booster, avec tout les risques que cela comporte.

Voilà pour les cas réglés. Fernandez recevra bientôt Emon et De Taddeo pour un kawa, avant de filer à l'ANPE de l'amorphIni. Mais qui sera aussi convié autour de la table du Luis du pauvre ? Le Guen a fait encore plus fort que le moustachu Lacombe, en prenant 3-1 contre la bande à Abriel (vous savez, le pote d'Anelka qui n'a jamais fréquenté que la CFA du PSG) au Parc. « L'entraîneur qu'il nous faut pour retrouver la sérénité » est lancé dans le grand jaccuzi parisien. Et ce grand tout mou ose se satisfaire « de matches encourageants contre Lens et en partie Lorient ».

Il ne Perrin pour attendre

Et Lyon, sans jouer, n'est pas en reste. Fred gueule comme un putois (Aulas ferait bien de protéger son nez pour pas finir comme Chivu), Cris se casse au Brésil pour se soigner, Juninho s'interroge sur son avenir en voyant tous les Brésiliens se faire la malle (et non pas se faire Lamalle), Coupet est toujours aussi heureux de sa vie et positive plus que jamais, Wiltord est toujours là, et Lyon veut recruter un défenseur alors que c'est l'une des seules chances de jouer de Bodmer, lequel devrait vite demander un bon de sortie… Enfin, tout va bien, et Perrin commence à chier sur Aulas en parlant de carton rouge justifié pour Kallström, quand l'omniprésident parlait de scandale. En gros, Perrin ne comprend pas le jeu de Jean-Mi. Il risque de vite payer son insolence, et les femmes de ménage de Tola-Vologe ne seront pas aussi volages qu'à Marseille. Rejoindra-t-il le salon VIP de l'ANPE ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *