Ligue 1, OM : Non, non, rien n’a changé

taiwocri2.jpg

L'Olympique de Marseille est de retour ! Le seul problème pour Pape Diouf, c'est que c'est davantage celui des années Tuzzio et Ingesson que celui de l'an passé. Le Vélodrome va vite gronder.

Alors voilà, on avait hâte de voir et on a vu. L'OM estampillé 2007-08 était prometteur, mais les promesses ont déjà vécu. Après deux journées, sur la Canebière, par expérience, on sait déjà comment va s'orienter la saison du club. Et on est plus proche des sifflets que de la Ola. Tout le monde s'est gargarisé du recrutement du club, le pensant « enfin très équilibré, intelligent » (c'est sûr qu'avec Taiwo, n'importe quel nouveau est normalien). Si l'on y regarde de plus près, Marseille n'est pas plus fort que l'an passé. La blessure de Nasri n'a fait que le confirmer plus tôt que prévu.

Merdecato

Jouons à un jeu, histoire de voir si les ambitions de titre de l'OM collent à la réalité : transposons le mercato olympien à un autre Olympique, Lyon. Est-ce que si Ziani, Cissé, Bonnart, le vieux batave Boudjewin (encore transparent contre Rennes), Benoît Chavroux ou le très barbu Givet avaient été transférés à l'OL, on aurait parlé de bon recrutement, capable de gagner la Ligue des champions ?

De surcroît, la plupart ne sont pas ou plus internationaux. Ce sont de bons joueurs de L1, tout au plus. En quoi ce recrutement est plus ambitieux que Lamouchi, Pedretti, Oruma, Bamogo par le passé ? Et concernant Zinedine Zenden, on commence à en avoir marre des escroqueries. Les vieux joueurs pourris sur le retour, qui n'avancent plus, la L1 en a déjà connus avec Smicer, Vieri, Padovano, et ça s'est toujours fini chez le kiné ou aux Prud'hommes.

La vérité, c'est que sans Nasri et Ribéry, l'OM ne ressemble à rien. Cissé seul en pointe avec deux fantômes sur les côtés, ça ne marche pas. A croire qu'il faudrait rappeler Fiorèse, un honni qui vous veut du bien ! Marseille manque d'étoiles, et on pouvait le deviner bien avant le coup d'envoi de la saison. Albert Emon est bien gentil, mais justement, il l'est trop. Et un gentil coach ne transformera jamais des joueurs moyens en stars. Alors, on peut déjà l'annoncer : Marseille fera une saison lambda, avec de bonnes périodes quand Niang, Nasri et Cana ne seront pas blessés. Et de très mauvais matches, aussi insipides qu'un pastis noyé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *