Rugby, Coupe du monde, France-Angleterre : Des bleus à l’horizon

edf1987p.jpg

L’actualité s’accélère pour le XV de France. Entre deux matchs amicaux face à des rosbifs loin d’être aussi saignants que l’arcade de Brahim Asloum, la vraie-fausse annonce des trente sélectionnés hier et la vraissemblable annonce du (très) propable forfait de Marconnet prévue pour jeudi, la préparation des Bleus est entrée dans sa dernière ligne droite. Une sortie de virage à la David Alerte serait désormais malvenue. A un peu plus de trois semaines, les incertitudes, vous l’aurez bien compris, restent légion.

A nous les petites anglaises

De ce Crunch sans croustillant, les enseignements sont maigres côté français. Le premier, celui d’une conquête famélique est indéniablement le plus inquiétant. Si le secteur de la touche pourrait être rectifié, ne serait-ce qu’avec l’arrivée dans l’alignement du Basque bondissant Harinordoqui, la faillite de la mêlée française est plus critique d’autant que le forfait de Marconnet (voir par ailleurs) semble se préciser. Quant on sait ce que représente la mêlée anglaise à l’échelon mondial (bien en retrait des Blacks … et des Pumas), les reculades de samedi ne sont guère rassurantes, surtout en l’absence d’un huit capable de tirer les ballons du feu (Bonnaire par ailleurs indispensable peine quand sa mêlée recule).
Le second enseignement est plus encourageant. La France a pu voir qu’elle jouissait d’individualités susceptibles d’influer significativement sur le match. Passons le cas Chabal, arme de destruction massive sur les 25 dernières minutes. Betsen et Skrela furent mécaniques en défense. Rougerie tranchant en attaque.

L’apport des remplaçants (Szarzewski, Michalak, Chabal, encore) ajoutée aux joueurs laissés au repos devrait amener une concurrence intéressante sur certains postes (2e ligne, charnière et ailes notamment). Pour d’autres postes, classés zones sinistrées (piliers et 3e lignes) les choix (du pauvre) se feront naturellement. Le dernier enseignement est à n’en pas douter le plus rassurant. Sans ballon, les Bleux ont gagné. Simpliste, ce constat ne met pas moins en valeur l’efficacité offensive (malgré des échecs au pied) et surtout défensive des Bleus. Le match de samedi à Marseille devrait offrir un profil différent avec deux formations changées. Les Bleus, mieux rôdés physiquement, ne devrait faire qu’une bouchée des British…

A noter, enfin l’entreprise de démolition en règle administrée sur le pauvre (et néanmoins peu compétent) Cédric Baudou par un Jean Abeillou en pleine confiance. Chambrage ou acharnement ? A ce rythme là, on ne devrait pas tarder à le voir glisser sur TF1…

Marconnet : la fausse couche

Aujourd’hui, l’encadrement tricolore a poussé la méthode Coué jusqu’à coucher le nom de Sylvain Marconnet dans la liste définitive des trente sélectionnés pour le mondial, transmise à l’IRB. Pour autant, le pilier du Stade Français n’est pas assuré de participer à la Coupe du Monde. Loin s’en faut. Le sort du droitier sera officiellement scellé jeudi après un ultime examen. Mais, selon nos sources, le joueur lui-même aurait accepté l’idée que ce Mondial se ferait sans lui. Au jeu des pronostics, l’espoir s’accrocherait autour des 5%. Autant dire que la roue de secours catalane, Nicolas Mas, déjà dépêchée pour suppléer le Parisien lors des entraînements devrait être de la compétition. A moins que d’ici là, la positive attitude (celle de Bernie pas de Lorie ou Raffarin) ait convaincu le sort…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *