Basket-Ball, Euro: Les aventuriers de la génération perdue

sportbasketeuro2003.jpg

Ce soir, la dream-team débutera la compétition face à la Pologne. Oubliez les Jordan, Johnson, Bird et autres Barkley. Place désormais à Parker, Diaw, Turiaf et… Giffa.

Oui, Sacha Giffa. Tel un (Jeanneau) lapin sorti de son chapeau, Claude Bergeaud a surement trouvé la perle rare et transformé la face du tournoi. Remplacer Aymeric par Sacha, c'est comme si Panis avait succédé à Alesi, ça ne change rien. D'ailleurs le néophyte s'est fendu d' un obscur «Je suis dégoûté pour Aymeric, c'est un ami». Parlait-il de sa femme ou de son niveau de jeu? Et si c'est un ami, pourquoi , alors, est-il dégouté ?
En tous les cas, le Guitry du pauvre a bien raison: être remplacé par un joueur pareil ça doit créer quelque désordres intestinaux.

Débarassée d'Abdul-Wahad

Décidemment cette équipe de France est bien mystèrieuse. A commencer par ses capacités. Si on pouvait déceler dans ses premiers matchs de préparation un avenir prometteur, la fin a été beaucoup moins gouteuse avec une grosse branlée face à l'Espagne en dessert. On attend donc la Pologne avec impatience pour se faire une petite idée de sa destinée même si on est toujours surpris par les fins de tournoi catastrophiques de l'équipe de France. Personne n'a oublié la demi-finale de l'euro 2005 où après une fin de match de rêve des bleus face à de pourtant bien faibles grecs, le triomphe annoncé s'est terminé en modeste troisième place.

Jamais deux sans trois?

Il reste qu'après deux défaites sur l'avant-dernière marche de l'euro et une cinquième place mondiale (sans le mari d'Eva Longoria), la France, en se privant avec sagesse des Mickaël (Pietrus et Gelabale), possède probablement la meilleure équipe de son histoire. A l'échelle du monde elle se situe juste derrière les USA (au complet) et bien devant l'Espagne ou même la Grèce. Et malgré la présence dans ses rangs de l'ainé des Ferchaud, Cedric, il n'y a aucune raison qu'avec l'experience engrangée, lors des trois dernières compétitions majeures, elle ne soit pas enfin championne d'Europe. Un peu comme Christine Arron, si cette génération ne gagne pas cette année, elle ne gagnera jamais rien.

Une réflexion au sujet de « Basket-Ball, Euro: Les aventuriers de la génération perdue »

  1. Merci à toute la team du vestiaire de nous proposer enfin des articles sur le basketball, my favourite sport. Sachez d’ailleurs que je suis moi-même parti tenter ma chance aux States. Une expérience inoubliable qui aurait pu m’ouvrir à moi aussi les portes de l’équipe de france si je ne m’étais pas perdu dans les soirées at the university à draguer les midinettes grâce à mon superbe french accent.
    J’ai tout de même envoyé des thousands de lettres au french sélectionneur, qui à force de harcellement m’a répondu : « jeune homme, vous n’avez même pas fini votre formation. » Oui je suis né prématuré, mais j’essaie au maximum de cacher mes tares physiques !
    En attendant, mon avenir basketballistique étant bouché, et comme j’ai comme hobby the american journalism, je voudrais savoir comment intégrer votre équipe de rédacteurs si talentueux. Je suis polyvalent, puisqu’outre le basketball je peux aussi traiter le basket, l’euroligue et la nba.
    Vous remerciant for the attention que vous voudrez bien porter to my demande, je vous prie d’agréer, sir, the expression of mes meilleures salutations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *