Foot, Equipe de France, France-Italie : Le catenaccio tricolore

makalele.jpg

Tel est pris qui croyait prendre ! La grande performance défensive des Français a surpris les Italiens et assuré un point précieux dans la course à la qualification pour l'Euro 2008. Devant, il faudra encore bosser.

Cet Italie-France a été assez pauvre comparé aux deux dernières finales (Euro 2000 et Mondial 2006) et au 3-1 de septembre dernier. Le spectacle n'a pas été du tout au rendez-vous, la faute aux Français. Ou plutôt grâce aux Tricolores, qui étaient venus chercher un point et l'ont obtenu grâce à un catenaccio des familles. Pas beau, mais qui recelle quand même de sacrées bonnes nouvelles, à commencer par la pression qui accompagnera les prochaines sorties des tortellinis de Donadoni, très peu inspirés samedi.

Matcheurs

Premier point : la France reste une de ces équipes qui ne ratent plus ses grands matches. On attendait un match physique, avec beaucoup de duels. Il l'a été et les Français ont petit à petit écoeuré les Italiens, et notamment le Beatles Pirlo qui n'a pas pu délivrer ses passes chirurgicales. De toute façon, Inzaghi a été médiocre. La performance de Vieira et Makélélé au milieu a été énorme, avec autant de hargne que de justesse technique une fois les (nombreux) ballons récupérés. Même Landreau a été serein, dans un contexte proche du Russie-France qui enterra Letizi. Décidément, Landreau a progressé quand Paris a plongé.

Escudé et Diarra, les bonnes surprises

Deux surprises composaient le onze de départ Bleu. La première, le choix d'Escudé en lieu et place de Mexès ou d'Abidal dans l'axe, finalement titularisé à gauche (bon choix). Escudé a été un parfait complément de Thuram. Le Sévillan est potentiellement moins fort que le Romain. Mais sa concentration est plus au point. Mexès a donc bien laissé passer une chance en Slovaquie (et en ouvrant sa gueule contre Domenech).

Et puis, une excellente nouvelle, Lassana Diarra. Excellente, car il a été très bon, étouffant le papy Del Piero, qui est décidément très mauvais quand il joue contre la France. Mais surtout, une telle performance (placement, relances, duels) devrait envoyer au placard l'imposteur François Clerc pour longtemps. Et Diarra n'est pas latéral droit de formation…

Titi-Kaka

Le bémol concerne l'association Anelka-Henry. Pas de doute, on ne fait pas mieux en Europe. Mais Henry a raté son match, après Anelka en Slovaquie. On attend plus, également, de Ribéry et Malouda, mais globalement, le duo offensif n'a pas apporté tout ce qu'il peut. Dommage, car en fin de match, les Français, plus frais, auraient pu dominer et se créer plus d'occasions. Mais il faut croire que la France de Raymond veut rester une équipe de contre.

Thierry Henry a livré un de ces matches qu'il se permet de temps à autre : pas dans le tempo, nerveux, techniquement pas dans le coup, pas une frappe… En plus, il ne savait pas qu'un carton le priverait de l'Ecosse. Voilà qui va l'énerver un peu plus. Qui jouera contre les Highlanders, Trezeguet ou Govou ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *