Athlétisme, Equipe de France, Minima : 20 pékins aux JO

4980cac03c8a3c3e2e58ec79692b25c9extrasalbumes0.jpg

Ils seront vingt à être protégés. Vingt athlètes, dont deux ont été médaillés aux Mondiaux d'Osaka. Christian Plaziat, qui a toujours dû se farcir les sélections sans passer les 2 mètres à la hauteur, même avec une perche, se retourne dans sa tombe.

Le choix était tellement grand qu'il a fallu trancher. Parmi l'infinie quantité d'athlètes français au top dans leur catégorie (nationale), il fallait octroyer des chèques vacances. Les vingt meilleurs ont donc gagné le droit d'être protégés des minima pour les JO de Pékin. Les minima, rappelez-vous, ces temps que certains regardaient de loin (derrière) pour Osaka l'été dernier. Ces vingt comptent Arron, Djhone, Doucouré ou encore Hurtis, mais pas Marc Raquil ni Naman Keita, qui prend des cours de nutrition auprès d'Aimé Jacquet, chez Casino. Les sélectionnés ont l'immense mérite d'avoir figuré dans les douze premiers aux Mondiaux. Si 12e est un objectif, les podiums français doivent être aussi larges que la tête de la reine Christine.

Brice Diniz les a bien cassés

La leçon a été retenue : la rigueur et le suivi seront particulièrement renforcés : « On leur demandera d'être présents aux championnats de France (à Albi) et d'y exprimer un niveau compatible avec leurs ambitions aux JO », a précisé le DTN. « Il semblerait que la préparation olympique (PO) veuille nous imposer des critères plus difficiles. Nous ne souhaitions pas durcir les minima et nous avons rendez-vous avec la commission nationale du sport de haut niveau à laquelle nous ferons entendre la spécificité de notre sport. » Ladite spécificité équivalant à la jurisprudence Arron : foirer les grandes compétitions.

Alors, aujourd'hui, le DTN Franck Chevallier et sa horde de cavaliers sans tête sont certainement doublement soulagés : non seulement ils ont gardé leur poste après un fiasco aussi réglé que la Corée en 2002, mais ils n'auront pas à entretenir leur confiance pour donner le change. On peut toujours espérer que Pedro Diniz (ici en photo aux côtés de Cantona et Marc Lavoine) se prenne en charge tout seul. En bon Grinch, il connaît la musique et espérons qu'aucune femme ne vienne le détourner de ce qui sera la meilleure chance de médaille de l'athlé bleu olympique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *