La Légende, Foot, CAN : Un Tiehi vaut mieux que deux Marc Libbra

tiehijoe.giftiehijoe.giftiehijoe.giftiehijoe.gif 

Le Vestiaire vous propose de redécouvrir grâce à la légende les grands joueurs de la Coupe d'Afrique des nations. Aujourd'hui, deuxième épisode : Joël Tiehi.

Il a vécu dans l'ombre de Roger Boli. Joël Tiehi connaît désormais son heure de gloire en tant que politique en Côte d'Ivoire, où il joue l'apaisement. Ses années sur le banc l'ont assagi. Il a même rasé sa moustache.

Contrairement à Hervé Arsène, Joël Tiehi est intègre et n'a pas connu un coup de grisou irréversible. Son talent de buteur s'exprima surtout au Havre où les supporters rebaptisèrent le stade Jules Deschaseaux en Jules Deschameaux, dans un hommage aux frontières du poncif raciste. Car en Côte d'Ivoire, le champion d'Afrique 1992 est un personnage de tout premier plan, ce qui n'est pas du tout le cas à Lens, malgré 19 buts en deux saisons.

Passé dans la musique et la politique, le bon Joël s'affiche aux côtés de Laurent Gbagbo pour définir enfin l'ivoirité et mettre fin au conflit armé. En rassembleur, il a oublié les sifflets du stadium de Toulouse lors de son passage en fin de carrière et prêche la paix à la tête du mouvement des Wê. Noble cause, mais sera-ce suffisant pour se défaire de l'image de Shopi, qui reste durablement collée à son niveau de buteur ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *