Carte blanche,Formule 1, Hamilton : T’as tout faux coco !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par Burt le pigiste

La saison de Formule 1 s'est donc achevée au terme d'un suspense digne d'un épisode de Colombo. L'heure de déposer le bilan écurie par écurie.

McLaren : Une bonne saison, certes, mais pas au-dessus de tous soupçons, comme l'a prouvé le déclassement final de l'équipe pour espionnage sur Ferrari. Le fiasco semble maintenant total suite à la mauvaise gestion des relations entre Alonso et Hamilton, et l'Espagnol, rancunier comme un taureau dont le matador a raté l'estocade, va partir sous d'autres cieux. Quant à Lewis « fils à papa » Hamilton, qui est une formidable tête à claques, pas sûr qu'il ait l'étoffe d'un champion, comme le prouvent ses deux dernières courses calamiteuses (2 points récoltés).

Ferrari : La Scuderia semble revenue au top avec une voiture plus compétitive et des pilotes talentueux. Jean « Gollum » Todt a encore concocté une savante potion magique et ses voitures ont une fois de plus honoré la mémoire du vieil Enzo. C'est à se demander pourquoi Alesi n'a jamais rien fait avec.

BMW : La route est longue en F1, mais BMW est certainement sur la bonne voie. Maintenant débarrassée de Villeneuve qui ne valait guère mieux que Pedro Diniz depuis son passage chez BAR, l'équipe est tournée vers l'avenir. Le titre, c'est pas pour demain, mais en attendant Heidfield et Kubica devraient se battre pour la victoire en 2008.

Renault : Une saison moyenne pour Renault F1, tant on sent que ça aurait pu être pire ! Flaaaaaaaaavio va devoir virer Fisicho s'il veut à nouveau bien figurer. L'Italien semble au bout du rouleau et le temps est venu pour lui de se mettre au tricot. Kovalainen n'a pas démérité et a même impressionné à l'occasion.

Williams : On est loin, chez les Britanniques, du luxe d'antan. Néanmoins, avec Nico Rosberg et « Papy » Wurz, on sent bien que le maximum a été fait. Régulièrement performant en qualif (autant que Wurz était à la peine), Rosberg a impressionné alors que Wurz semblait avoir perdu son coup de volant durant l'intersaison. Lassé, fatigué, démotivé, « Papy Wurz » (3e au Canada … Dry) a fait ses valises avant le dernier Grand prix et a cédé sa place à Kazuki Nakajima qui, s'il a décanillé un de ses mécanos, n'en a pas moins fait un bon Grand prix qui pourrait lui assurer sa place pour l'an prochain.

Le baudet de Bourdais

Red Bull : Malgré le fric, les nanas, Newey, Coulthard et Webber, le succès tarde à venir pour Red Bull Racing. Cassante comme du verre, on a rarement vu leurs voitures devant les autres. Webber pourrait sûrement concourir pour le titre de pilote le plus malchanceux, certes, et le vieux Coulthard fait de la résistance avec une belle abnégation. Mais les déambulateurs seront-ils autorisés l'année prochaine ?

Toyota : Les années se suivent et se ressemblent pour Toyota, où décidément ça ne marche pas. Entre un Trulli qui n'a jamais cassé trois pattes à un canard et un Ralf encore une fois aux fraises, on pouvait difficilement s'attendre à voir les Toyota péter le feu. Pas sûr que l'année prochaine soit meilleure vu que les ingénieurs n'ont jamais compris ce qui marche ou pas.

Toro Rosso : Après avoir viré le sympathique Speed, qui n'en branlait pas une, les choses se sont améliorées et même Liuzzi, se sentant sur un siège éjectable, a été bon. Après ses excellents débuts, Vettel n'aura sans doute pas l'occasion de faire de vieux os ici. Quant à Bourdais, Le Vestiaire lui souhaite bon courage. En effet, l'écurie débutera avec la charrette de cette saison et là ça craint pour le pauvre Sébastien. La F1, c'est bien, mais encore faudra-t-il s'arranger pour que ça ne se termine pas en enterrement de première classe.

Les toiles de Rubens

Honda : 6 points et l'addition, la belle équipe ! Button a souffert toute la saison pour les marquer ces points là, et c'est encore plus dur quand on est l'unique pilote de l'écurie. Barrichello a fait une belle tournée d'adieux sans marquer le moindre point et maintenant il faut partir, Monsieur. Pas certain que Honda le vire, d'ailleurs. Comprenne qui pneu.

Super Aguri : 4 points, c'est déjà une victoire pour eux. Sato a encore assuré le spectacle et il serait peut être tant de le remettre dans la Honda (en même temps, c'est pas forcément un cadeau). Davidson, lui, a appris, difficilement, mais aussi avec quelques coups d'éclats. A revoir pour confirmer ou l'enterrer définitivement.

Spyker F1 : Spyker n'est plus, vive Force India ! Le principal danger pour les pilotes de cette écurie sera de ne pas mourir de honte. Sutil, pour ses débuts, a impressionné et a marqué un point inespéré et salvateur à Fuji suite au déclassement de Liuzzi. Albers, régulièrement largué, a refait ses valises et a été remplacé par Markus Winckelhock pour le Grand prix d'Allemagne. Winckelhock, tout fou, a même mené sous le déluge avant de laisser sa place à cette vieille tâche de Yamamoto. Là, pas d'étincelles et une dernière place sur la grille réservée à son nom pour chaque course.

En voilà une bonne saison : dépassements, accidents, intrigues, belles courses… Le cahier des charges fixé par Bernie a été respecté. Et l'année prochaine, du dopage ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *