Natation, Manaudou : Stasiulis, au bon lait de brebisse

stasiulis.jpgmanaudou2.jpg

Non contente de se faire distancer par Céline Géraud, Allison Stokke, Maria Sharapova et la femme de Fred pour l’élection de Miss Le Vestiaire 2008, Manaudou est rentrée des championnats de France avec la Nîmes des mauvais jours. Elle aurait sûrement mieux fait de nager les régionaux de Rhône-Alpes avec les cadets d’Ambérieu.

Franck Esposito n’avait pas encore lancé sa marque de chemises roses la dernière fois que Manaudou s'est fait battre dans une compétition nationale. Certes, avec Camille Muffat et Sophie de Ronchi la natation française n’a jamais eu autant de talents depuis la génération Franck Schott. Mais Manaudou, d’ordinaire aussi boulimique que Marion Bartoli, était venue avec un programme allégé pour mieux rassurer les détracteurs de son entraîneur de frère. C’est réussi. Qui s’en inquiètera?

Le Vestiaire avait pointé très tôt les carences du lycéen face à la montée en puissance des rivales de la petite sœur. Son entraînement en petit bac ne lui suffit même pas à gagner un championnat de France. Trop nulle en brasse pour espérer quelque chose du 4 nages, pas assez puissante pour un 100 m, il n’y a que sur 400 que Manaudou pourra aller chercher l’or à Pékin si elle ne décide pas de changer d'entraîneur rapidement.

Les médias s’en moquent, il y a plus important. La sirène a laissé son Marin au port pour un autre nageur, Benjamin Stasiulis. Avec un nom pareil, il devrait rester longtemps « le petit copain de Manaudou ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *