Foot, L1, Lens : Le vilain druide qui gache la forêt

090108druide.jpg 

Jean-Pierre Papin ne pourra même pas faire ses courses au mercato. On lui a refilé une carte Leclercq périmée. En plus, Druide, c'est pas un vrai métier.

« Disons que je suis intervenu sur certains choix pour l’équipe. » En une phrase, Daniel Leclercq a brisé deux omertas. La première, c’est que Papin n’est plus l’entraîneur de Lens, pas même l’adjoint. La seconde, c’est que Leclercq fait un vilain druide qui a trop abusé de cervoise. Pas une occasion en une heure de jeu contre le PSG au Parc, seul Metz peut rivaliser. S’il a tenu à garder Papin, c’est sûrement pour le mettre à la place de Maoulida et Pieroni.

Entre Santini et Lemerre

Leclercq, grâce aux incompétences du jeune Papin et du barde bègue Martel, a réussi une potion miracle : redevenir entraîneur sans que le précédent soit parti. Point de serpe, mais un portable et une risée générale pour Papin, qui aurait certainement préféré présenter sa femme à Wiltord plutôt que de vivre ça. Les joueurs sont peut-être encore sous le choc. Il faut dire que voir leur coach en tribune, en train de bousiller son forfait, ça n’aide pas à bien jouer. De toute façon, le druide reste abscons : fils spirituel de Lemerre, il a aussi hérité du débit de Santini. Lens a un pied en L2.

Pendant ce temps-là, Saint-Etienne pense à une solution identique (Santini). Roussey, qui connaît la musique (Hasek s'en souvient), a déjà dit qu’il préférait les Assedic.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *