Basket-Ball, équipe de France : Gomez est mal à l’aise

pfilm806997.jpgpfilm806997.jpg

Tony Parker ayant décliné l'offre, c'est le tristement célèbre Michel Gomez qui sera chargé d'éliminer la France de l'Euro 2009. Et ça, il sait faire…

Stéphane Ostrowski s'est reveillé en pleine nuit, à cause d'un terrible cauchemar : il était rappelé en équipe de France par Michel Gomez, toujours à la tête de celle-ci. Si le sous-doué antibois ne reviendra pas, son manager est bien de retour, lui. Décidément, les complots de Fédération n'en finissent plus. Dernière victime, Antoine Rigaudeau, joueur de génie, entraîneur trop inéxpérimenté. Pourtant, écarter l'ancien meneur de jeu au profit de son ancien coach est une erreur (manipulation ?) comme seul Laporte savait en commettre. On ne fait pas du neuf avec du vieux, encore moins avec du vieux périmé. Le succès, Gomez l'a connu en club, au début, il y a des millénaires, avec une génération exceptionnelle. A la tête des tricolores, certes avec une sélection parmi les plus nulles que la France n'ait jamais connu, il n'a rien su faire.

Assis sur son Seillant

Ceux qui ont connu cette époque se souviennent de ce chouchou médiatique, à l'image du Président Seillant, qui cumulait les fonctions en pleine toute puissante rivalité Limoges/Pau-Orthez. Mais jamais il n'a su apporter autre chose que son charisme dans une équipe. Il connaissait le jeu, mais ne savait pas transmettre. Son échec à Orléans est un bel exemple. Pas fait pour les petits clubs, pas fait pour les sélections. Finalement, il n'est à sa place qu'au sein d'une équipe sûre de gagner. C'est faire injure à Rigaudeau que de penser qu'il n'aurait pas su conduire la France sur la route de l'Euro (la mission de Michel l'Espagnol). C'est même carrément du foutage de gueule. Antoine le magnifique aurait pu se faire les dents sur un parcours des plus simples. Car le basket n'est pas le foot. En foot, c'est déjà pas si compliqué alors imaginez en basket. La France se qualifiera, avec ou sans Parker, avec n'importe qui à sa tête sauf peut-être avec Gomez hélas.  Avec un tel choix, le basket français n'est pas sorti de l'auberge de la médiocrité. Il est vrai qu'avec de telles instances, il n'est pas aidé.

Une réflexion au sujet de « Basket-Ball, équipe de France : Gomez est mal à l’aise »

  1. Quelle lamentable argumentation qui, d’ailleurs, manque cruellement d’arguments. Je ne suis pas forcément « pro Gomez » mais réduire le coach français le plus titré de l’héxagone à une vieille chausette, c’est triste à pleurer. Comme c’est facile de dire que Rigaudeau aurait forcément assuré la qualification. Les garnds joueurs ne font pas toujours de grands coaches. Seul point de convergence: le désespoir de nos instances mais cela est un autre débat.

  2. Cher Jeremy Menez,

    Nous comprenons votre désarroi, c’est pourquoi nous allons vous aider pour une meilleure compréhension de notre article. Heureusement, la plupart de nos lecteurs ont mieux compris que vous. Mais après tout, peut-être sont-ils surdoués.

    Comment le terme de « vieille chaussette » a-t-il pu arriver dans votre tête? Doit-on y voir la main du diable?
    Michel Gomez est un grand entraîneur du passé, certes, mais ce n’était une raison suffisante pour le rappeler à la tête de l’équipe de France, là où il avait déjà eu sa chance à une époque où le basket lui réussissait pourtant mieux. Depuis, Pau-Orthez 96, il a bien du mal à démontrer qu’il n’est pas fini. Sur le côté « plus titré », en Basket ça ne veut pas dire grand chose. Au niveau du championnat de France, il y eu d’autres grands coach, qui ont montré autant voire davantage, regardez Beugnot ou Monclar ou même Collet plus récemment. Niveau coupe d’europe, les ex Korac et Saporta n’ont jamais vraiment eu un prestige immense avant leur fusion (même Nancy a gagnée la Korac mais personne ne s’en souvient). La seule qui a vraiment une signification c’est l’euroligue et là, à part le Limoges de Maljkovic, c’est le désert. Gomez a surtout profité, pour sa postérité, de cette fabuleuse génération limougeaude qui se suffisait à elle-même pour briller quelque soit la grandeur de l’entraîneur. Vous aurez la preuve de cette théorie avec les internationaux actuels pour les futurs éliminatoires de l’Euro.

    Cet euro, qui est d’ailleurs l’objet d’une autre erreur de lecture de votre part. Ce n’est pas que Rigaudeau aurait assuré la qualif, ni que les grands joueurs font de grands entraîneurs, ça c’est le fruit de votre imagination délirante et dangereuse.
    Ce que nous disons c’est que la France pourrait se qualifier avec n’importe qui à sa tête (avec Gomez l’élimination est possible), et qu’il aurait été judicieux d’y mettre Antoine pour qu’il se forme puisque c’est ce qu’on lui reproche officiellement.

    A bientôt et merci pour votre participation même si vous n’apportez pas grand chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *