Foot, Equipe de France : Oh label Bleu

leboeufbest.jpg

Les Français ont perdu le match qu'ils pouvaient perdre en Espagne, hier soir. Seul Thierry Gilardi s'inquiète encore.

La France sera bien favorite du championnat d'Europe. Démonstration en a été faite hier soir, à l'heure où Giuly envoyait des textos à une femme dont le mari était occupé. Un match sans relief, entre des Bleus en reprise et des Espagnols au top. L'illustre Robert Pires avait annoncé que l'Espagne gagnerait l'Euro et que sa supériorité sauterait aux yeux contre la France. L'ancien Messin paraît encore moins spécialiste de footbal que du divorce de Thierry Henry. L'Espagne a buté sur la France : même Thuram a paru aussi impérial que le bus londonien Gallas. Avec leurs absents, les Bleus ont déjà autant de marge sur les Ibères que Metz pour assurer la descente.

Résolution de rechange

Alors, ils ont perdu, c'est vrai. En concédant au total deux coups francs dangereux et un but sur une inattention, que l'équipe de France a rayé de son vocabulaire en compétition internationale depuis 1998. Excepté en 2002, pour le jubilé de Franck Leboeuf. Et quand cette équipe sera au complet offensivement, avec un mois de préparation derrière elle, elle fera passer le Brésil de 1994 pour une équipe insipide.

A Malaga, seul Anelka était en forme. Ses déplacements, son maillot rouge, il a affolé les boeufs espagnols qui ont parfois chargé sans éviter les banderilles. L'enseignement de ce match est que les Bleus, offensivement, ont plus d'options que Pascal Nouma au bac. A quatre joueurs : Ribéry à droite, Malouda à gauche, Henry avec Anelka ou Benzema. Ou à trois joueurs : Malouda et Ribéry derrière Henry, Benzema ou Nasri en meneur de jeu. Et si Malouda se met à jouer du François Clerc, comme hier, Benzema peut se décaler avec plus de succès que n'en a connu Henri Kasperczak. Il faudra peut-être s'y résoudre. N'oublions pas Benarfa, et oublions Rothen et Piquionne. Aucune sélection au monde, et a fortiori en Europe, ne peut compter sur de tels joueurs aujourd'hui.

Une réflexion au sujet de « Foot, Equipe de France : Oh label Bleu »

  1. « faire passer le Bresil 94 pour une équipe insipide »
    Ce ne sera pas dur car le Bresil 94, c’était pas terrible, même champion du monde (au tirs au buts après un pitoyable 0-0 contre l’Italie…tiens tiens).
    A part Romario, vous vous souvenez des joueurs de cette équipe?

  2. Cher Estelle,

    1994 restera pour le Vestiaire la plus belle coupe du monde avec une des plus belles équipes du brésil. Comparez donc avec l’équipe de 1990, qui pour le coup avec de nombreux joueurs communs était des plus chiantes à voir évoluer. Logique, Romario n’avait pu y participer. Vous avez retenu Romario, vous avez eu raison, il s’agit sans doute du meilleur attaquant de tous les temps avec Pelé (que nous sommes trop jeunes pour l’avoir vu jouer). Cependant nous sommes etonnés de la selectivité de votre mémoire. Quid de Bebeto avec qui il formait la plus belle paire d’attaquants des 30 dernières années. Quid des extraordinaires latéraux Jorginho et Leonardo (qui finira quand même hativement son tournoi et sa carrière, meneur de jeu) ? Quid de Raï (même si le PSG avait déjà tué le fabuleux meneur de jeu qu’il était et qu’il sera vite écarté au profit du fantasque Mazinho l’insupportable) ? Quid de la paire Marcio Santos (qui illuminait la défense bordelaise)-Aldaïr ? Certes son milieu de terrain était moins spectaculaire avec Mauro Silva, Dunga et Zinho mais pas moins solide et efficace. Mais même les plus spectaculaires équipes du Brésil avaient toute leur Dunga, comme le grand Real avait son Makélélé. On vous épargne le banc de touche ciré à l’époque par un jeune Ronaldo et un certain Cafu attaquant devenu latéral.
    Les équipe 98,2002 et 2006 n’étaient pas plus séduisantes.
    Débat intéressant. Félicitations et merci à vous

  3. j’ai du mal a discerner si c’est un article sur ton ironique ou pas!
    parce que avoir une telle confiance après ce match sur les joueurs et la capacité de domenech à mettre les bons joueurs sur le terrain était flagrante!peut etre qu’on a pas vu le meme match parce que j’etais plus concentré sur mon italie – portugal (qui par contre pouvait donner un certain espoir à la squadra) mais de ce que j’ai intercepté c’est la confirmation que henry malgré son record de buts a sa place sur le banc et qu’une attaque benzema anelka serait plus efficace!ensuite poster toulalan à droite il a montré qu’il ne pouvait rien faire contrairement à quand on le positionne dans l’axe!viera qui meme s’il revient de blessure pue litteralement du cul et c’est pas en se prenant des cartons rouges a tout va avec l’inter qu’il va avoir du temps de jeu!malouda était transparent et on sentait que le binome avec abidal est sur la pente descente!
    enfin bon de ce que j’en dis moi c’est que le match d’hier m’a rassuré pour le france italie!j’espere pour vous que dame Irma a regardé le match d’hier pour expliqué au petit Raymond qu’est ce qui ne va pas!!

  4. Cher Diego Bastos,

    Je comprends que vous ayez du mal à cerner l’ironie, vu la tartine de premier degré dont vous nous gratifiez. Non, il n’y avait pas d’ironie. Je vous rappelle qu’en jouant exactement de la même manière, l’équipe de France a tenu sans aucun souci l’équipe d’Italie à San Siro. Mais l’Italie n’avait pas montré son meilleur niveau, je vous l’accorde.

    Le Vestiaire vous suit aussi sur Toulalan : ce n’est pas un joueur à mettre à droite. Domenech devait bien se douter que le Lyonnais n’apporterai rien offensivement. Mais défensivement, il a contenu son latéral sans peine. Et pour suppléer Vieira à sa sortie, il était déjà en jambes.

    « Vieira pue littéralement du cul ». Vous avez soigné la forme pour asséner une telle connerie. Vieira reste incontournable en équipe de France, quand il est en jambes, ce qui n’est pas le cas. Pareil pour Henry. Mais nous sommes en février, et les certitudes comme les résultats sont peu révélateurs. Mais ce n’est pas facile à discerner, en effet.

    L’équipe du Vestiaire

  5. Ouais n’empêche que vous parlez pas de moi, espèces de gros, va!

    J’ai quand même marqué deux buts contre Isigny et Passy-en-Baroeuil avec la réserve de l’OM! Je mérite de jouer à la palce de ces espèces de gros de Henry, Anelka et Benzema! Vous verrez, quand je marquerai trois buts contre Marles-sur-Serres en finale de la Coupe des Villes de Foire, vous viendrez mes me baiser les pieds, bande de gros!

    Grossièrement,

    Djibril

  6. lol pas mal le diego bastos!enfin bref, pour moi le milieu defensif serait plus fort avec makelele (meme si je ne l’aime pas) ou toulalan et en attaque la paire benzema anelka serait plus efficace que n’importe qu’elle paire avec henry!d’ailleurs elle a deja été aligné lorsque henry a été blessé ou suspendu, je ne sais plus lequel des deux et c’etait plus convaincant pour le futur!
    je pense que le nouveau arsenal depuis qu’il est parti est assez parlant quand il n’est pas fait pour etre le leader d’une equipe car toute l’equipe doit jouer pour lui!au barça il est tombé dans un club ou ce n’est pas le cas et il commence a reapprendre comment on joue au foot

  7. Désolé, le Bresil 94, j’y arrive pas.

    Je préfère de très loin le Bresil 82 : Zico, Socrates, Falcao… Battus par le triplé du résuscité Paolo Rossi.

    Cordialement

  8. Cher Monsieur Bard,

    En effet, notre rédacteur en chef, qui est le plus âgé de la rédaction, nous évoque souvent ce fameux Brésil 82 qui aurait dû être champion du monde (le titre qui manque à Zico pour taquiner Pelé et consorts). Mais pour la plupart, nous n’avons pas de souvenirs bien précis de ce tournoi espagnol. L’équipe 94 restera donc notre référence. Le parrain auvergnat du site, quant à lui beaucoup plus mûr que nous tous, est resté bloqué sur le Brésil 1938 de Leonidas aux pieds nus, sans doute le premier « Pelé » de l’histoire du football. Il nous conte régulièrment cette coupe du monde en France où il vit ce fameux Brésil-Tchequoslovaquie à Lescure.

  9. Le Brésl 94 reste la dernière seleçao qui brilla par son collectif. A titre personnel, la formation d Carlos Alberto Parreira est celle qui m’a fait découvrir et aimer le football malgré les commentaires de Roger Zabel et Vincent « bugs » hardy. Romario aurait dû avoir le ballon d’or s’il l’avait pu… Je regrette toujours qu’il se soit blessé avant la World Cup de 98. Sûr que ses sorties nocturnes sur les Champs l’auraient aidé à mettre ce coup de rein magique sur les meileurs défenseurs. Alors certes ici nous sommes beaucoup à ne pas pouvoir comparer avec les Brésil 70 et 82, en revanche les équipes de 2002 et 2006 étaient indéniablement moins créatives, solidaires que celle de Bebeto ou Dunga ! Quant à Taffarel il reste un modèle de haute-couture pour Janot …

  10. Pour clore le débat brésilio-brésilien, en 82 j’avais 19 ans. Si vous avez loupé ce tournoi, vous avez aussi manqué l’insurpassable demi-finale de Seville. Rien que d’y penser, j’en ai les larmes aux yeux…

    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *