Football, Ligue des Champions : Le rougissement du Lyon

cestjouableactus.jpg 

Le bon coup a couru quatre-vingt cinq minutes, soit le temps de jeu cumulé de Fred depuis le début de saison. Sans doute encore un petit peu trop.

Lyon, comme Le Vestiaire l'avait prévu, n’a pas pris de rouste contre Manchester. Le match du Mans n’avait aucune signification, et ce n’est pas faute de répéter que l’inquiétude de Jean-Michel Aulas est une vérité aussi crédible que Zidane sur un plateau télé.

En fait, la victoire 1-0, qui aurait plus tenu de la réussite que de l’exploit eu égard aux qualités assez égales des deux équipes-type, a été proche. Lyon a eu de bonnes périodes, quand il a fait le jeu. En reculant, il a concédé des occasions et justifié que l’attente du 0-0 à dix joueurs devant Coupet aurait été aussi efficace que Jean-Claude Darcheville. Benzema a encore marqué un but que les genoux de Ronaldo saluent de l’au-delà, seul Le Vestiaire, qui n'a cessé de souligner ses qualités supérieures dès le début de saison, n'est pas surpris d'un tel niveau. Et ce n'est pas fini.

Le 1-0 si précieux n’a été contesté que par les remplaçants. Benarfa, bien meilleur titulaire que remplaçant, n’a pas aussi bien défendu que d’habitude et surtout que François Clerc. Par contre en attaque, en dix minutes, Ben Arfa a plus inquiété Manchester que François Clerc dans toute sa carrière, seul Perrin oserait le contester.

Freddy Croqueur, les griffes de la nullité

C’est surtout Fred qui, avec la majesté d’un serial-killer dans une maternelle, a plombé l’ambiance. Une rentrée ponctuée de fautes qui rendent le ballon à des Mancuniens au plus mal à dix minutes de la fin. Ensuite, des retours défensifs aussi passifs que le compte en banque de Bernard Pardo. Et pour finir, il remet la balle à Tevez qui égalise. Fabuleux, on frôle le niveau de Bruno Rodriguez au PSG.

Quoi qu'en dise la presse, l'issue n'est absolument pas une mauvaise opération pour Lyon, par contre c'en est une pour Manchester qui se devait, au regard de son statut, d'enterrer son adversaire dès le premier match, a fortiori face une équipe dite si faible. Autant pour l'un que pour l'autre tout reste donc à faire. Il faudra marquer à Old Trafford, et ça c'était déjà pas un scoop avant le match, sauf pour L'Equipe et Gilardi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *