Football, Equipe de France : Butter flag

medmon011186697248.jpg

Avec une liste de blessés aussi longue que les contrôles de Cissé, l'équipe de France jouera pour du butter contre les Anglais. Wagneau Eloi aurait reçu une préconvocation.

Vieira, Benzema, Henry, s'il s'agissait d'un vrai match, ce serait une série noire. Vieira ne dirait pas qu'il serait trop juste, Henry n'aurait pas de contracture lombaire musculaire, la seule blessure que Ronaldo n'a jamais eue. Bizarrement, ces trois blessures arrangent presque tout le monde : Vieira est en phase de reprise, Henry a joué il y a trois jours et avec le même dos que Sim, rejouer aurait été imprudent. Et Benzema, lui, joue trop, puisque Perrin fait la gueule à Benarfa, coupable d'avoir appris un mot à Squilacci. Le sélectionneur, ravi de l'aubaine, en a profité pour adjoindre au jardinier Rami les services de Rémy, arroseur en chef du stade Bollaert.

Le lièvre et le tort tue

Même s'il était inquiet, Domenech ne le dirait pas. Mais il n'a aucune raison de l'être. Vieira, qui est déjà champion avec l'Inter, ne va pas prendre plus de risques qu'un Makélélé. Ils gèrent leur calendrier comme Aulas celui de la Ligue 1. Sauf blessure grave de dernière minute, les tauliers bleus (à ne pas confondre avec les taulards bleus tient à préciser Péricard) seront dans leur meilleure forme en juin. Rien ne sert de faire une grande saison sans blessure si on arrive aussi essoufflé que la femme de Fred un soir de titre. L'avant Corée a averti les anciens : mieux vaut se reposer pour ne pas se faire prendre de vitesse par Marc Wilmots à deux semaines d'une compétition internationale. Benzema était en train de le faire, mais Zoumana Camara a chanté la Marseillaise sur la cheville du Lyonnais au bon moment. Vibrant.

On pourrait donc voir Trezeguet – Anelka en pointe. Dire que ce ne serait que justice vu la saison du Turinois est aussi con que vrai. Domenech s'en fout. Espérons qu'il ait déjà rêvé de la finale : mené 1-0, Benzema, Henry et Anelka sont out, il se retourne sur son banc. Là, il croise le regard de Djibril Cissé, Saha s'est mué en Pascal Nouma, Bodmer en Maurice, Malouda en Ouedec. « On fait quoi ? » susurre-t-il à Michel Hidalgo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *