Tennis : Emu l’Ascione?

sp11.jpg 

Les meilleurs joueurs du circuit font un début de saison de Français. Et si Guillermo Coria gagnait Roland-Garros avec 20 doubles fautes par match ?

Youzhny, Seppi, Tsonga, Roddick : voilà pour Nadal. Pas mieux pour Federer, battu par Murray et Djokovic. Le Serbe serait-il le nouveau ténor du tennis mondial ? En se faisant torcher par Simon, Davydenko et Roddick, il a prouvé que non. Dans ce magma d'incertitude, les excuses virales réapparaissent, mais la vérité est là, aussi nue que Llodra et Clément après une victoire : plus personne ne domine le tennis mondial. Roddick, Gonzalez, Murray, c'est à eux que bénéficie l'effet Tsonga. Les moins bons sont un peu meilleurs, et les meilleurs un peu moins bons.

On ne tariq pas d'éloges

Si cela signifiait une baisse du niveau, les Français brilleraient. Or ce n'est pas le cas. Depuis l'Australie, on constate un vrai méfait Tsonga. S'il poursuit son époustouflante série, celui-ci deviendra ce que Julie Pietri a été avec « Eve, lève toi » : un has never been. Arnaud Clément, qui maîtrise ce sujet, collectionne les premiers tours : battu par un frère Rochus, il songerait à rédiger son testament. On craint aussi pour Sébastien Petit-Jean, torché par Robin Soderling sans même recourir au PQ. Gasquet, Simon, Mathieu sont les meilleurs. Enfin, avec aucune finale, les moins mauvais. Ah, on oubliait Llodra qui réinvente la constance à la française, si chère à Tariq Benhabiles : deux titres puis deux premiers tours. Et comme répond Forget quand on lui parle de Monfils : « Et ta soeur ? » Saloperie d'émulation. La Coupe Davis, c'est dans un mois, les choix seront durs comme les supporters de Golovin.

Pendant ce temps, Sharapova, exhibe sa détestation des féministes en balayant tout sur son passage et Justine ne henni plus de plaisir. Tout est ouvert : vivement le retour d'Amélie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *