Tennis : La terre des battus

korda3.jpg patience.jpg

Gilles Simon et Nicolas Mahut ont passé un tour de plus à Rome qu'à Monte-Carlo. A trois semaines de Roland Garros, les demi-finales ne leur font plus peur.

Une fois n'est pas coutume, la semaine du tennis français recelle de bonnes nouvelles. Amelie Mauresmo assume enfin ses plus grandes peurs : elle a préféré abandonner plutôt que d'affronter Rezai. Selon Chamou, elle arrivera même enfin apaisée et sereine à Auteuil. Mais surtout, les Français ont entamé une montée en puissance que rien ne semble pouvoir arrêter. Nicolas Mahut a été le premier à retrouver la grande forme : il a expédié le redoutable italien Fabbiano, pourtant porté par tout un peuple (6/7, 6/4, 7/5). Face à Tommy Robredo ensuite, il lui a manqué un troisième set pour inverser le cours du match (7/5, 7/6). Il ne faut pas être consultant sur France 2, pour être certain qu'à Roland, ça serait passé.

Le Bleu le plus en forme du moment paraît néanmoins être Gilles Simon. Dans un premier tour haletant, aux allures de finale, il a écarté trois balles de match pour terrasser Jo-Wilfried Tsonga. Une victoire de prestige face au meilleur joueur du monde du mois de janvier, de la semaine prochaine ou celle d'après ou de la suivante ou peut-être de l'année prochaine ou bien de 2012, mais une victoire ternie par l'organisation italienne. En le faisant jouer dès le lendemain, elle a saboté une victoire finale qui ne faisait plus l'ombre d'un doute. De son côté, Tsonga a fait taire tous ses détracteurs : en s'inclinant au premier tour avec la manière, il va pouvoir se reposer après 2 mois sans jouer. Une vraie bonne nouvelle en vue des 15 jours, porte d'Auteuil. Le favori ?

Number won

Enfin, il y a bien-sûr quelques déceptions chez les éliminés du premier tour. On pense évidemment à Olivier Patience. Sur sa surface favorite, il a joué de malchance sur quelques points importants contre Bolelli (6/0, 6/3). Et puis gardons un oeil sur le petit prodige français Richard Gasquet : face à cet apôtre de la terre battue qu'est Luis Horna,  jeune espoir du tennis péruvien, il est passé à quelques points d'une grosse sensation (4/6, 1/6). Horna a enquillé Acasuso au 2e tour : il est incontestablement le futur numéro 1 mondial. La confirmation est venue de celui que l'on attendait plus à pareille fête.  Avec un parcours à la Riton 92 à une wild card près, il est presque de retour: c'est Arnaud Clément. Chahuté au premier tour des qualifs contre Azzaro (4/6, 6/2, 6/3), il réalise son exploit au tour suivant contre Cuevas (3/6, 3/6). Le tableau final n'était plus si loin.

Pendant ce temps-là, Marion Bartoli a retrouvé ses raquettes. Tatiana Golovin, elle, n' a trouvé qu'un copain, qui n'est pas Richard Gasquet, ni Georges Goven.

Une réflexion au sujet de « Tennis : La terre des battus »

  1. En petite forme les tennismen cette année! 3 abandons à la suite à Rome (le dernier quart et les 2 demis), Nadal et Federer pas très frais… Et pas un français pour en profiter bien sûr.

    Et si Djokovic faisait le Grand Chelem?

    Bravo quand même à Stepanek pour son palmarès: Hingis, Vaidisova…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *