Athlétisme : Annecy fond fond fond

desert.jpg

Une compétition internationale par équipes, une prestigieuse ville de ski et l'absence de Patrick Knaaf : les conditions étaient réunies le week-end dernier pour bâtir une des plus belles rencontres de l'Histoire de l'athlétisme.

Patrick Montel ne s'y est pas trompé. Comme chaque année, accompagné du Dorlis blanc Bernard Faure et du Cédric Pioline du tartan, Stéphane Diagana, il s'est enthousiasmé durant deux jours devant des performances qui auraient fait palir de honte Vincent Clarico s'il était encore parmi nous. Pas toutes heureusement, et c'est bien ça la nouveauté. Au milieu de la ferveur provoquée par la quarantième place française, et ce n'est que l'Europe, Le Vestiaire vous révèle aujourd'hui le véritable état des lieux de nos meilleures chances avant Villeneuve-d'Ascq ce vendredi.

Hors concours

Medhi Baala : Hicham El Gerrouj ne répond plus à ses textos depuis trois ans, le mangeur de choucroute se demande pourquoi. Il n'a peut-être pas encore visionné ses deux derniers championnats du monde.

Yves Niaré : Connaît son pic de forme, août est encore loin.

Les condamnés

Christine Arron : Toujours détentrice du record du monde du 100 m, elle semble en mesure de pouvoir finir sa carrière sans titre majeur. Un des plus beaux exploits de tous les temps.

Ladji Doucouré : Largement distancé par ses adversaires dopés, il semble beaucoup apprécier le parcours médical de Jo-Wilfried Tsonga. Après 2007, le doublé est à sa portée.

Eunice Barber : Pourrait sortir de sa retraite cet été pour trois sauts. Et si Marie Collonvillé faisait du triple ?

Leslie Djhone : Dans sa forme actuelle, il ne pourra même pas espérer de finale à Pékin. Qu'il se console, Raquil est encore plus nul.

Manuela Montebrun : Il reste un meuble dans le camion.

Les médaillés

Bob Tahri : Prétentieux comme un champion, il a donc acquis la seule qualité qui lui manquait pour le devenir. Sera sur le podium olympique ou ne sera jamais.

Teresa Nzola Meso : La grosse cote des JO.

Colomba Fofana : Définitivement une valeur sûre. Un bon saut, ça peut être de la chance, deux bons sauts, ça devient vraiment suspect. Seule inconnue, la capacité à supporter la pression des Jeux pour ce jeune athlète de 29 ans à peine.

Les retardés

Muriel Hurtis : 22″75 c'est moyen à ce moment de la saison, mais c'est plutôt bien face à un manque flagrant de concurrence. Un temps sous les 22″50 est rapidement souhaitable car les nouvelles merveilles génétiques ne vont pas l'attendre. Capable de revenir à son meilleur niveau, il va maintenant falloir qu'elle bosse son foncier pour enchaîner les courses. Et comme elle le rappelle, un psy ne lui ferait pas de mal.

Romain Mesnil : Le favori olympique de la perche montre qu'il n'a pas forcément besoin d'un badge pour être ridicule.

L'ovni

Mahiedine Mekhissi-Benabbad : En évoquant un podium sur le steeple, il a profondément choqué son DTN qui pensait qu'ambition était un gros mot. Du coup sa sélection n'est plus si certaine.

Août à la plage

Mustapha Raifak : Avec 2m24, il peut aller chercher une médaille chez les filles.

Martial Mbandjock : Le 100 m devrait être supprimé en France.

Eddy de Lepine : No comment.

Les épreuves marginales, telles que la marche ou le marathon, ou aléatoires, comme le relais, et Ronald Pognon ne sont pas pris en compte dans ce classement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *