Football, Ligue 1 : Les escroqueries de l’année

kluivert.jpglens.jpg

Ils sont souvent payés cher, régulièrement cités en exemple par l’entraîneur, sûrs de leur force, très surcôtés et toujours sur le départ. Les meilleurs d’entre eux sont même inconnus des supporters. Du plus mauvais club au meilleur, tout le monde a le sien. Le Vestiaire vous en révèle aujourd’hui le classement en exclusivité.

2. Piquionne (Monaco). Un habitué des lieux. Il a juré que l’ASM n’était pas un club de mercenaires, même s’il aime aujourd’hui le PSG autant qu’il avait aimé Monaco quand il était à Saint-Etienne. Boulard, grande gueule, insultes à ses partenaires, il a tout le panel de l’escroc. Avait promis une réaction d’orgueil avant Caen-Monaco (4-1).

3. Belhadj (Lyon, Lens). Transfuge de Sedan à Lyon en juin, puis à Lens en janvier, il a amplement justifié son salaire d’escroc. Il n’est responsable de rien à Lyon, si ce n’est d’avoir gueulé au bout de trois mois. Réfléchi comme un rapport de Poulat, il n’est pas le moins responsable de la descente de Lens. Aujourd’hui, il veut partir, boulard oblige. Un destin à la Déhu ?

4. Kluivert (Lille). Un seul footing avec lui a suffi à Fauvergue pour décrocher les posters du grand Patrick époque Ajax.

5. Keita (Lyon). Le véritable escroc gagne quelque chose sans y participer vraiment. Il réussit ses meilleurs dribbles quand il rate ce qu’il veut faire. Son hold up à 18 millions d’euros pourrait bientôt être adapté au cinéma.

6. Ziani (Marseille). Sa saison est un modèle. Mauvais du début à la fin, sauf qu’à la fin il ne joue plus puisqu’il s’est battu avec son entraîneur pour célébrer le pire match de la saison du club (Carquefou). Il paraît que c’est un bon joueur, est-ce qu’on confond avec le nouvel entraîneur de Libourne ?

7. Wiltord (Rennes). Chacun loue son professionnalisme à l’entraînement, puisqu’il ne joue pas. Pour garder leur femme ?

8. Rémy (Lyon, Lens). Une clause libératoire à 9 millions d’euros pour un joueur de CFA, c’est du jamais vu. Ses consternantes prestations de fin de saison aussi. Il a même réussi à énerver Maoulida, qui en a lâché ses vilaines bandelettes. On n’ose pas croire que Leclercq avait bu avant de l’aligner.

9. Berthod (Monaco). L’un des fleurons de la formation lyonnaise. Douze matches : un titulaire indiscutable. C’est ce qu’il voulait.

10. Gignac (Toulouse). Il a commencé sa carrière d’escroc l’été dernier, et Le Vestiaire l’avait présenté dès juin 2007 comme un futur tocard. 35 matches, 3 buts, dont celui de la qualification pour la phase de poules de l’UEFA. Comme la gloire se refuse à lui, tout le monde a répété que cette vilaine Coupe d’Europe avait failli faire descendre le club.

11. Frau (PSG, Lille). Il aime à croire que les supporters parisiens se demandent encore pourquoi il ne jouait pas, et pourquoi Le Guen l’a vendu. Les Lillois, eux, savent.

12. Ceara (PSG). On peut en vouloir à Bernard Mendy pour beaucoup de choses. Mais mettre Ceara à sa place, c’est du suicide. A son crédit, un gros travail pour servir Florentin (Caen).

13. Chapuis (Metz). Il voulait absolument retrouver l’élite après un an à Grenoble. L’élite ne l’a jamais retrouvé.

14. Yebda (Le Mans). Il a éclaté cette saison. Comme il a le sens de la reconnaissance, il part du Mans sans laisser d’indemnité de transfert au club qui l’a sauvé des championnats amateurs. Une coupe peroxydée qui rappelle Ibrahim Ba.

15. Rothen (PSG). Il joue comme il parle, avec ses moyens. Pas le plus mauvais parisien, mais le profil du casse-couilles qui met la merde dans un vestiaire. A trois journées de la fin, il annonce son départ du PSG en cas de descente. Aujourd’hui, il s’est auto-promu conseiller du président, pour ne pas avoir à jouer avec des mauvais l’an prochain. Et si lui aussi en faisait partie ?

Vous l’aurez sans doute remarqué, il manque le numéro 1. Il cumule les trophées, à la fois escroc de l’année, mais aussi escroc du siècle de Ligue 1. Une légende lui sera très bientôt consacrée.

Une réflexion au sujet de « Football, Ligue 1 : Les escroqueries de l’année »

  1. Fred?

    moi je trouve que Ziani aurait fait un beau numero 1 (Zenden pas dans votre top 5 ? pourtant c’est le seul joueur qui a fait tous les plus grands clubs qui a gagné des titres sans jamais etre bon ou décisif ou indiscutable)

  2. Ah là là, encore une sortie de piste, sur le cas Rothen cette fois ci! À quand le vestiaire avec Pelous: à la retraite?

  3. Bonjour,

    Ziani en numéro 1, vous devez être supporter marseillais pour ne pas lui préférer belhadj ou piquionne. Concernant Zenden, nous tenons à préciser l’évidence : l’escroc trompe son monde, il spolie une réputation, il est une déception. Or la saison de Zenden n’est pas à classer dans ses plus mauvaises, il n’était pas titulaire mais l’a-t-il espéré plus de deux semaines ? Il n’est donc pas un escroc, juste une tanche.

    L’équipe du Vestiaire

  4. Cher Léon Zitrone,

    Evitez de nous parler de retraite quand votre relance est digne de celle de Thuram. Rothen est bien l’un des escrocs de l’année, et il ne doit sa 15e place qu’à quelques bonnes prestations et au désert que représente la feuille de stats du PSG. L’escroc n’est pas forcément jugé sur ses matches, sinon nous les aurions baptisé déceptions de l’année. Rothen parle à tort et à travers, chie sur ses coéquipiers y compris les plus jeunes, pense que la Ligue 2 c’est bon pour les autres. Sans parler de ses discours qui couteraient à un entraîneur son DEPF. Rothena parfaitement sa place dans notre palmarès. Changer de coupe de cheveux ne fait pas tout.

    L’équipe du Vestiaire

  5. je suis supporter marseillais entre autre oui. mais vu le prix d’achat de ziani, il fait un sacré bel escroc. (au passage il doit y avoir des commissions de dingues pour des marseillais, pas de noms monsieur aligot, pour avoir envie d acheter un tel joueur à ce prix.)

    pour zenden lui, il a fait l’escroc toute sa carrière c’est surtout pour ca que je le trouvais injustement oublié.

    quand à piquione j’avoue il me fait rire dans le monde aseptisé du football (cf l’interview apres un match de coupe de france de luccin: « c’est bien ce soir on a pris les trois points ») je le trouve d’un naturel assez sympa.

    Belhadj, j’avoue c’est chaud. mais je trouve qu’il y a plus pathétique.

    Rémy, franchement c’est pas si mal moi je trouve (hormis sa clause libératoire, mais ca c’est pas son probleme à lui).

    bon à quand ce number one sur Fred ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *