L’édito du Vestiaire : La défaite de Jacquet

8cbf96e7ac.jpg

Après une entrée en matière efficace, l'équipe de France peut encore remporter l'Euro. Le miracle est proche pour la meilleure équipe de tous les temps.

C'était le 9 juillet dernier, Le Vestiaire évoquait l'empoisonnement du sport français par la jurisprudence de 98. Dix ans après, l'Euro 2008 n'a pas échappé au mauvais sort. Au lendemain de France-Pays-Bas, L'Equipe, dont nous avons régulièrement dénoncé les carences, a décidé de se lâcher, enfin, sur l'ambulance, et ce avec une rare violence. Il est trop tard, bien trop tard. Le quotidien a une nouvelle fois manqué à son rôle de lobbyiste. Refroidi par la finale 2006, il a passé son temps à faire semblant de critiquer sans jamais relever les vraies faiblesses qui étaient pourtant criantes. Hypocrisie ou incompétence ?

Curieusement, dès octobre 2007, nous annoncions le problème Thuram, sans jamais par la suite nous déjuger. En janvier dernier, nous évoquions l'insuffisance à venir de Coupet devant les regards ébahis des observateurs plus ou moins avertis. Mais surtout en septembre 2007, le match contre l'Ecosse avait livré toutes les clés du futur fiasco.  Tout le monde pouvait le voir, personne ne le disait. Depuis trois jours, le monde médiatique nous a vendu une défense sûre d'elle, mais une attaque trop isolée. Encore une fois, à part nous, personne n'a osé annoncer la fin de Sagnol. A trois sur cinq, on ne pouvait pas s'en sortir. Aujourd'hui, chacun le constate, c'est toujours plus facile de ne pas faire honnêtement ou professionellement son boulot.

La défaite de Zidane

Domenech aussi a perdu, évidemment. En intégrant les trois à sa liste bien-sûr, en mettant Clerc doublure pour légitimer Sagnol, en privilégiant les vice-champions du monde au point que même Lemerre a dû le trouver ridicule, en ne prenant pas Mexès, en ne comprenant pas le rôle fondamental de Zidane. Il ne pouvait pas gagner, mais il pouvait faire de son mieux. Tentera-t-il de se raisonner pour l'Italie, ou mourra-t-il avec ses idées ? Sa dernière erreur ayant été de confondre Gomis avec Benzema. Le pires rumeurs circulent pour expliquer ce choix inexcusable, s'il était bien en état de jouer. Sa gonzesse, le poids des anciens et tant d'autres histoires qui plairaient à Pierre Bellemare. Quoiqu'il en soit, comme Santini ou Lemerre, il n'a pas su tenir son rôle d'adjoint jusqu'au bout.

Le départ de Zidane a tué la légendaire équipe de France, la presse a creusé sa tombe, Domenech a prononcé les derniers sacrements. Qui se chargera de tout faire brûler ?

Une réflexion au sujet de « L’édito du Vestiaire : La défaite de Jacquet »

  1. Pas de panique! La Dèche arrive dans très peu de temps: juste de quoi laisser Sourcils faire sa tournée d’adieux avec son équipe prête à remporter la coupe d’Europe des villes de foire! Allez, la reconstruction, d’ici un mois, c’est tipar!

  2. pour la dernière question je dirais la roumanie par procuration, ou les « cadres » de l’équipe de France eux même contre l’italie.

    même s’il reste un infime espoir. il faudrait surtout que domenech arrête de tatonner sur les choix de joueurs et sur la tactique dans un euro. il a eu les match amicaux (contre l’Ecosse etc.) pour roder ca normalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *