Cyclisme, Tour de France : L’Adam dure

zr6e0b1l.jpg

Toute la durée du Tour de France, notre consultant Thierry Bisounours répond à vos questions.

Posez vos questions sur equipe.vestiaire@yahoo.fr

Pourquoi avoir supprimé le prologue ?

Christian Prudhomme l'a bien expliqué, il faut redonner du romantisme à la course, laisser leur chance aux audacieux. Le prologue était trop classique et on retrouvait toujours les meilleurs devant. En plus, Christian a eu la bonne idée de faire une arrivée difficile pour faciliter les échappées. Le moins que l'on puisse dire, c'est que le pari est mille fois réussi : arrivée groupée, Valverde en jaune, Evans Schleck et Ricco dans les dix premiers. Le suspense est énorme. Je crois qu'on va vivre un superbe spectacle cette année et c'est en partie grâce à cette première étape originale, comme me l'a dit Christian hier soir.

Les Français ont-ils une chance ?

Je crois qu'on va entendre parler des Français cette année. Ils ont déjà commencé à faire le « show » comme on dit dans le jargon. Duclos-Lassalle se casse la gueule et abandonne, trois dans les cinquante premiers, nos meilleures chances qui prennent trente secondes dans la gueule. Ca va de mieux en mieux. Quelque chose me dit qu'ils vont faire un « gros truc » cette année comme on dit dans le jargon. Et n'oublions pas que les méthodes ont changé. Même Bilalian et Holtz me le rappellent tout le temps : « N'oublie pas, Thierry, c'est le tour du renouveau. » Qui peut dire le contraire ?

Faut-il regretter l'absence de Contador ?

Je ne peux pas vous dire le contraire. C'est un beau champion et surtout un vrai « miraculé » comme on dit dans le jargon. Il me fait penser à un autre champion que les amateurs de vélo connaissent bien, Lance Armstrong (un ancien maillot jaune, ndlr), en plus, comme lui, il travaille avec Bruyneel et le Docteur Fuentes. Je ne peux que lui souhaiter le même destin.

Pourquoi Thierry Adam ne dit que des conneries ?

Il paraît que Thierry Adam organise le Grand Prix de la Somme, il est donc largement à sa place sur le Tour. Même s'il n'y connaît rien, le vélo, c'est son « truc » comme on dit dans le jargon. Comme me dit souvent Daniel Bilalian : « C'est comme si n'importe qui pouvait commenter le Tour. » Le rêve américain en somme.

Pourquoi Holtz a-t-il confondu Jegou avec Gilbert ?

Parce qu'il est nul ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *