Cyclisme, Tour de France : Les faux plats dans les grands

adamciel.jpg

L'UCI ne veut pas de scandale, ASO est convaincu que le Tour sera plus propre. Thierry Adam a pour une fois vu juste, les comportements ont changé. Rétrospective.

1998. Le monde découvre le dopage généralisé chez Festina, pas chez les autres : Christophe Rineiro prend le maillot à pois et la 4e place.

1999. Le Tour du renouveau consacre un nouveau coureur qui ne savait ni rouler ni grimper trois ans auparavant, Lance Armstrong. Les mentalités évoluent, pas forcément les méthodes. L'Américain sera contrôlé six fois positif à l'EPO, mais on ne connaîtra les résultats qu'en août 2005 par l'intermédiaire de L'Equipe qui pour une fois a fait son boulot. Troublant, Armstrong en avait déjà fini avec le Tour.

2006. Le premier Tour de l'après Armstrong et de l'après Puerto, qui a confirmé que les méthodes ont changé. Le Tour du renouveau débouche sur un vainqueur déclassé, un ancien lieutenant postal à la hanche nécrosée, comme tout le monde.

2007. Le Tour du renouveau, les comportement changent, le sang de Vinokourov aussi, juste avant le départ du contre la montre. Rasmussen raconte des conneries à Holtz qui les croient, pas Prudhomme qui finit par le virer. Thierry Adam, après avoir vu un beau champion en Vino, un champion atypique en Rasmu, estime que Contador mérite sa belle victoire.

2008. Le Tour du renouveau: Pour fêter les dix ans de Festina, les contrôles sont plus poussés que jamais, le parcours moins classique, Bruyneel, Contador et Astana ne seront pas au départ, Virenque non plus. Adam trouve le vélo plus sain, regrette l'absence du tenant du titre qui pour lui est le meilleur coureur actuel et voit des situations de course qui avaient disparues. Depuis 98 ?

Dix… positifs

Pour couvrir cette édition anniversaire, Le Vestiaire sort les grands moyens. Notre envoyé spécial accrédité vous révèlera bien sûr les coulisses de l'épreuve et tous les scandales étouffés, à commencer aujourd'hui par le passeport biologique, qui ne sera évidemment pas opérationnel sur le Tour, ou les origines lot-et-garonnaises de Fedrigo. Mais en plus cette année, le grand Thierry Adam en personne sera régulièrement présent dans nos colonnes pour nous conter son émerveillement quotidien devant la probité retrouvée du cyclisme.

« Le Tour va être bon cette année. Et cela, sur tous les niveaux, même sur le dopage. Il y a bien un idiot qui va se faire prendre mais tant pis pour lui. Il n'y aura pas de pitié avec moi. » Thierry Adam, 2008

Pendant ce temps-là, Ullrich est toujours persuadé que Pantani n'est pas mort. Pantani aussi.

Une réflexion au sujet de « Cyclisme, Tour de France : Les faux plats dans les grands »

  1. Je suis blasé et dégouté comme vous par toutes ces affaires mais quand même, le départ approche et je sens bien que je vais me prendre au jeu cette année encore. Et le parcours est bien excitant…
    Et puis, la dernière fois qu’ils sont passés dans le Finistère Nord c’était en 98 non? ça promet.

  2. Pauvre cyclisme !
    Et pourtant quel beau sport !
    Comment se fait-il que certains athlètes puissent encore profiter de circuits très organisés de dopage ?
    Car un sportif de très haut niveau est méticuleusement suivi par ses médecins et entraineurs, il n’y a qu’a voir l’affaire Thuram et ses problèmes de coeur diagnostiqués très finement.
    Les préparations physiques précises, informatisées d’aujourd’hui laissent automatiquement voir les qualités « surhumaines » de certains athlètes (automatiquement le dopage).
    Nous y voilà, le tour de france à toujours été comme ça depuis le début et le sera toujours car c’est un « GROS BIDULE MEDIATIQUE » qui sert à attirer des sponsors et des licenciés au vélo français et mondial….

  3. Tof oublie que des visites médicales Thuram en a déjà passé 50 000 sans que l’on ne détecte rien.

    Et les coureurs sont certes suivis par des médecins et leur équipe mais quand on voit les escrocs on se dit qu’ils seraient plutôt du genre à charger la mule.

  4. Merci BURT de dire en gros la même chose que moi.
    Pour le cas Thuram je ne met pas en doute la qualité des medecins, il y a des maladies qui se déclarent à 35 ans…
    On est le 22 juillet et dejà 3 cas de dopage chez des champions. Il y a une chose qui est sûre, la sincérité de PRUDHOMME ne fait aucun doute, il en donne la preuve.
    A ce titre je corrige mes propos mëme si le tour de france reste un gros bidule, il est clair que si on avait des types comme lui partout le sport serait bien plus propre.

    Et si on parlait du dopage dans le foot ? (y en a qui sprintent pendant 1h30 et qui resortent tout frais des matchs )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *