Tennis, Wimbledon : Et Bîmes

chang.jpg

50 ans après et une bonne centaine de places ATP plus bas, Arnaud Clément pourrait regoûter aux joies d'une finale de Grand Chelem. Le Vestiaire suspend donc sa rubrique tennis.

C'est une décision difficile à prendre, mais elle est plus raisonnable que tout ce qui est en train de se passer. Le Vestiaire vous décrit depuis un peu plus d'un an la maladie du tennis français. Pas besoin d'y revenir, lisez donc tous nos papiers tennis pour comprendre.

Hier, Gasquet avait l'occasion de nous faire mentir, en écrasant Murray, comme il devait le faire, comme il allait le faire, comme n'importe quel joueur des cimes l'aurait fait après deux sets trois-quarts d'une telle excellence, d'une telle supériorité. Il devait s'offrir le quart contre Nadal et montrer à la Terre entière ce que vaut vraiment le Roi Richard. Mais non, une fois de plus, il a explosé en vol, sans aucune cohérence avec ce qu'il avait fait avant. Plus besoin de parler d'immaturité, de préparation mentale, de manque d'expérience. « C'est plus un bleu, Richard. » Alors que Gasquet venait de perdre le troisième set, Forget a voulu rassurer. 25 minutes plus tard, après un 6-2 de bon aloi, il avait compris.

Chang aïe

Il n'y a plus rien à faire. N'importe quel nul peut le plier, n'importe quel bon peut être plié. Il ne lui manquait plus que perdre après avoir mené deux sets à rien, c'est fait. Il a tout vécu, sauf battre Nadal et Federer dans un Grand Chelem. Rappelons qu'il s'était même offert Roger au début de sa carrière, à Monte Carlo, alors que celui-ci était déjà le maître. Après les défaites, Gasquet parlera toujours de spirale, d'ampoule ou de méchant arbitre qui n'a pas voulu allumer la lumière dans le cinquième set.

Au lieu de nous offrir du rêve, il laisse le vieux Clément lui voler la vedette, en position d'être le troisième demi-finaliste français de l'année, d'égaler Ritchie et de donner une nouvelle ligne sérieuse à son palmarès, comme Chang en son temps. Le tennis bleu est bien mal en point et n'est plus capable que de réaliser des exploits isolés.

Devant un tel n'importe quoi, nous cessons donc à partir d'aujourd'hui la parution de notre rubrique tennis. Nous avons trouvé tard hier soir un accord à l'amiable avec notre spécialiste pour mettre un terme à son contrat. Son retour ne sera possible qu'avec l'apparition d'un nouveau champion français, un vrai. Pas d'un demi-finaliste d'un jour, blessé ou loser de toujours.

Une réflexion au sujet de « Tennis, Wimbledon : Et Bîmes »

  1. Et alors, les révélations explosives sur Nadal, promises il y a quelques jours, elles passent à la trappe? Ou on en reparle lundi après sa victoire?

    Sinon, Clément en demi ce serait sympa pour Nolwenn mais c’est quand même n’importe quoi..
    A qui le tour à Flushing?

  2. Désolé, mais notre spécialiste s’est déjà reconverti dans le concours complet d’équitation. Par ailleurs et pour vous faire patienter, il prépare également une enquête explosive sur Eric Navet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *