Football, Ligue 1 : Un bon coup de Puel

presidentlfpfredericthiriezpresentetrophee.jpg

Samedi, le grand feu d'artifice de la L1 reprend. Cette fois, Guy Roux ne peut pas nous péter dans les doigts. Voici les réponses à vos nombreuses questions face au marasme médiatique.

Posez vos questions sur equipe.vestiaire@yahoo.fr

La L1 plus forte que jamais ?

A mi-parcours, Thiriez se frisera la moustache du championnat le plus homogène d'Europe. Avec Grenoble, Caen, Le Havre, Auxerre, Valenciennes, Lorient, Sochaux, Toulouse, Nantes, Nice, cela faisait longtemps que le plateau n'avait pas autant fait frémir les abonnés de Canal. On les comprend, les vedettes viennent de Metz et Nice, Makélélé et Giuly sont revenus, Grenoble se paye le luxe de refuser Christanval et Aulas pouvait avoir Eto'o.

Claude Puel sera-t-il encore Lyonnais au printemps ?

Naïvement, il y a quelques mois, Puel aurait pu espérer remporter « un titre », comme chaque entraîneur de l'OL, voire cette fameuse Ligue des Champions dont on parle encore la nuit tombée dans les coins les plus reculés du Rhône. C'était avant d'apprécier le travail de son prédécesseur et de découvrir que le directeur financier, c'est pas lui. Le chantier est vaste, la qualité moins. Fonds de jeu, culture de la victoire, solidité défensive, comme avec la femme de Fred, les fissures ne manquent pas. Et à force de multiplier les titres, celui qui terminera à une autre place du podium a du souci à se faire.

Pourquoi Lyon se permet-il un recrutement aussi merdique ?

Attention, ce recrutement a beau être effectivement très mauvais, voire catastrophique, il est, comme nous l'avons déjà expliqué, identique à celui des autres années. Pas de star, du joueur de Ligue 1, perte de bons éléments sans les remplacer : soit Aulas a gardé la main pour finir par la perdre. Soit Puel est un vrai manager qui a choisi ses joueurs pour préparer une nouvelle génération pour les années à venir ou le fiasco du siècle.

Qui sont les escrocs de l'intersaison ?

Comme chaque année, les paris sont ouverts, mais le potentiel est toujours aussi important. Certains sont déjà identifiés. Il y a les génies, assurés de se planter, comme Piquionne (Lyon) parce qu'il ne jouera pas, Berthod (Auxerre) ou Pieroni (VA), qui n'ont toujours pas le niveau. Moins de recrues exotiques en revanche. Rennes, visiblement échaudé par Emerson, il y a un an, a préféré un Ghanéen, qui ne jouait pas en Italie. L'amour du risque, comme pour Le Mans, qui a recruté Norvégien pour remplacer tous ses meilleurs joueurs. Il y a toujours le quota de Sud-Américains, dont les trois quarts repartiront dans un an. Barzola, Helder, Douglao, Ospina, Carlao, peu importe où ils jouent, faites vos jeux.

Saint-Etienne rejouera-t-il enfin en vert ?

L'ASSE a enchanté Geoffroy-Guichard et les tenanciers de bar réunionnais depuis six mois. Saint-Etienne a beaucoup recruté, mais Grax, Matsui, Monsoreau ou Sauget n'étaient bizarrement pas pistés par les plus grands en Europe. Mais puisque Lyon s'y met aussi, peut-être qu'un derby, c'est jouable. Et puis si Feindouno était le grand joueur dont Patrick Montel fantasme le morphotype, la presse spécialisée aurait arrêté de parler du rire communicatif du joyeux Pascal. Le président claironne des ambitions nées en six mois. Comme la fin de carrière de Jérémy Janot. Cruel.

Benzema sera-t-il Ballon d'or ?

Il a viré Benarfa pour être seul à Lyon, c'est le coup parfait, même si Squillaci est parti sans en profiter. Sauf que Benarfa était son meilleur atout. A ce rythme, il voudra remplacer Puel à la trêve parce qu'il marque moins et Juninho ne tirera plus aucun coup-franc. La saison de tous les dangers commence, surtout avec Domenech qui risque fort de le convoquer dans la galère. Lyon perdra cette année, sauf si Benzema confirme.

Grenoble peut-il gagner un match ?

Laurent Battles sera leur atout numéro un. Depuis la nomination de Georges Eo par Rudi Roussillon, on n'a pas vu tel défi à relever pour un club. Bazdarevic a l'expérience de ce type de risque : il a joué avec Olivier Baudry.

 

Gérard Gili ?

Les candidats sont nombreux, dès le mois de septembre. Der Zakarian devrait être promu recruteur jusqu'à la session 2011 des Prud'hommes, Arribagé risque de pousser Casanova dans les buts, Wiltord ferait un parfait joker du recrutement du PSG. Mais attention, Ricardo, Jean Fernandez voire Le Guen peuvent aussi rappeler à Joël Muller le poids réel de l'Unecatef.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *