Football, Suède-France : Le syndrôme de Stockholm

suede.jpg

Match de reprise hier à Göteborg : Larqué a salué à maintes reprises le talent du vétéran Henrik Karlsson. David Astorga, lui, est mis à l’écart pour une private joke avec Henry.

L’Euro est passé, mais Domenech fronce toujours les sourcils, se fout d’Escalettes et Govou est encore titulaire et buteur. Les séquelles ne sont donc pas totalement évacuées. Pires et Giuly ne sont plus là pour gueuler et se faire bannir, il n’y avait donc pas de réelle sentence à attendre de ce match. Même si on n’est pas à l’abri de surprises : Malouda a fait une passe décisive et Toulalan a mieux distribué que récupéré.

Axe, un cas

Lilian Thuram pourrait se rassurer, quitte à se raconter des conneries : la défense française ne va pas mieux sans lui. L’axe central a notamment offert des boulevards à Larsson, qui a bien besoin de ça, et Rosenberg, qui n’en a même pas profité. Gallas reste ce leader incontournable pour gueuler une fois le but encaissé et Mexès a eu bien du mal à se situer. Les consignes en français, ça lui rappelle Auxerre et Boumsong. Mais Domenech ne va quand même pas lui mettre Zebina à côté. A leur décharge et à celle de Mandanda, qui lui a l’habitude, ils n’étaient pas protégés. Toulalan n’est pas au top, Diarra et Evra ont connu des sautes de concentration qui ont tenté Thierry Roland à parler des colonies.

Karim de lèche-majesté

L’autre enseignement de la soirée, c’est que Benzema-Henry, ça marche. Domenech a dû leur demander de faire comme s’ils étaient potes, comme Henry et Trezeguet à l’époque. Ca sent le mariage forcé, mais les enfants sont déjà beaux : ils se marchent moins dessus et sont instantanément décisifs. Benzema un but, Henry des occasions dans le jeu, un coup-franc détourné et une passe décisive somptueuse. Piquionne peut se faire du souci pour sa place de titulaire chez les Bleus.

Formandandable

Il a réalisé deux parades qui permettront à Domenech de ne pas rappeler Coupet sans se justifier devant la presse. Déjà le patron.

Une réflexion au sujet de « Football, Suède-France : Le syndrôme de Stockholm »

  1. – Allez, pour Malouda, un petit prêt à Newcastle cet hiver puis il emboitera le pas de Saha.
    – Dommage que Ferguson dise à Evra de la mettre en veilleuse dès qu’il ne porte pas un maillot rouge.
    – Gallas reste le joueur laborieux que j’ai connu au Vélodrome ; à un moment, je me suis demandé s’il n’avait pas un jumeau qui jouait chez les friqués de Londres.
    – Avec les Diarra, on est assuré de diminuer l’adversaire en blessant leur meilleur joueur.
    – Bonne prestation de Gourcuff, il a su se placer et est tout de suite rentré dans le match.
    – Interview (en est ce une ?) de fin de match de Domenech : Etait ce lui ou le clone de Vincent Hardy (du moins, dans son esprit critique) qui était le plus pathétique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *