Formule 1, GP d’Europe, Ferrari : Le doute Massa aïe

massa.jpg

Ecclestone a donné raison à ceux qui ont préféré rire de Boris Johnson. Le Grand Prix d'Europe ne sert à rien, vivement Shanghaï.

Robert Poitrenaud – aucun lien, fils unique – aurait sans doute appelé ça la rançon du progrès. Ferrari avait marqué cette saison l'Histoire de la Formule 1 et de la sécurité routière en régulant ses pitstops par un signal lumineux semi-automatique. Mais l'homme-sucette ne manque visiblement pas qu'à Karen Minier : Raikkonen a amputé un de ses mécaniciens et il a fallu la clémence des arbitres de la FIA pour que Massa n'ait qu'à piocher dans son argent de poche.

Le Brésilien a serré les fesses pendant deux heures pour que le moteur de la F2008 ne chauffe cette fois-ci que celles de son coéquipier. Il a surtout semé le doute dans les rangs de la Scuderia. Et si Raikkonen n'avait du numéro 1 que l'autocollant sur le capot ? Quel âge a vraiment Madame Massa ? Son fils perdra-t-il tous ses cheveux avant d'être sacré ?

Virage à l'accorde

Hamilton a reçu sur le podium des sifflets à la hauteur de son sens du spectacle. Il n'a rien montré du week-end à part les sponsors sur sa casquette. Ron Dennis espère sûrement que l'irrégularité de la concurrence suffira à en faire un champion du monde au rabais. Qui a dit Jacques Villeneuve ?

Le nouveau tracé n'a pas apporté beaucoup plus d'enseignements. Bernie aurait pu rester encore deux semaines à Saint-Trop'. C'est peut-être louable de visiter les pays du Tiers-monde, mais il n'y avait vraiment que les prises de vue aériennes pour donner un peu de crédit au Monaco du pauvre. Pas un dépassement de l'aprem, pas un Allemand pour faire sortir la voiture de sécurité. Alonso a dû se faire chier dans le garage Renault. Nakajima, redresseur de torts et d'ailerons arrières, n'a pas supporté de n'avoir lui qu'un seul Grand Prix à domicile.

Pendant ce temps-là, Kubica a rappelé aux dirigeants Ferrari qu'ils n'avaient pas à chercher trop loin pour remplacer Raikkonen, Coulthard aurait mieux fait d'aller conduire Beckham dans le Nid d'Oiseau et Vettel va bientôt regretter d'avoir signé chez Red Bull. Les Toro Rosso ont affiché en trois semaines une progression Boltistique. Bourdais a même signé la meilleure vitesse de pointe en bout de ligne droite. Dommage pour lui, il y aussi des virages en F1.

Une réflexion au sujet de « Formule 1, GP d’Europe, Ferrari : Le doute Massa aïe »

  1. Lors de sa dernière apparition en Espagne, Hamilton avait eu droit à des propos racistes, on peut considérer que c’est un progrès…Je pense que celà n’a pas dû rendre Alonso trop triste..
    l’amour des prognathes çà s’appelle comment?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *