La Légende, Tennis : Le Bremond du Cerf

39288683zelezny1995300x300.jpg 

9 victoires, 26 défaites en 2007, un quart de finale à Wimbledon en 2006 et bien sûr aucun titre, Séverine Bremond avait tout pour séduire Richard Gasquet, pour une fois qu'il pouvait battre quelqu'un sans tomber dans un piège. La vie ne lui avait offert jusqu'ici qu'un 29e anniversaire. Arrivée à Flushing avec 5 défaites dans son baluchon cette saison, battue par tout et n'importe quoi, même Nathalie Dechy, elle présentait la diabolique particularité de posséder un nombre de victoires presque négatif en 2008. Séverine Brémond regrettait même de ne pas avoir écouté davantage Mme Lacassagne lui expliquer les nombres relatifs en classe de Seconde.

Vaidisova préparait son troisième tour. C'est une histoire que la mafia albanaise racontera longtemps dans les bordels tchèques les plus reculés pour dissuader ses amies de la rejoindre : « Vous rencontrez Séverine Brémond au 2e tour de l'US Open, vous hésitez à jouer avec le manche de la raquette, le score indique 7-5, 6-3 et l'arbitre annonce jeu, set et match Mademoiselle Bremont. » Julie Coin en pleure encore. Ivanovic a-t-elle de la famille dans les Sudètes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *