L’édito du Vestiaire : La fuite du Riner

riner1.jpg 

C'est à croire que nous avons un public de spécialistes : vous n'aviez été que 9% à promettre à Yves Rénier une médaille au poids. Il n'a même pas passé les qualifs. Troublante similitude, notre spécialiste athlétisme s'inquiétait lui aussi pour son homonyme, Yves Niaré.

Nous l'avions donc prévu, notre plus grand lanceur avait le parfait morphotype du loser tricolore. Des perfs régulières au plus haut niveau, un statut de médaillable longtemps envié par Patricia Djaté et donc une nationalité de mauvais augure. Lui non plus ne nous a pas fait mentir. Un titre ne se gagne pas qu'à l'entraînement.

Teddy Riner était au courant de tout ça, pourtant il n'a pas confirmé. Une fois constaté son jeune âge et son manque d'expérience, il ne faut pas pécher par excès d'indulgence. Riner était invaincu en compétition officielle, il ne l'est plus, c'est un échec. Au-delà des arguments de Thierry Rey sur son mauvais jour, ou de Douillet sur l'arbitrage très litigieux, il faut voir plus loin et rappeler ce que nous constations hier à propos de Cathy Fleury : les coaches actuels ne servent à rien. En foot, on parlerait d'incompétence, en judo aussi. Jamais ils n'ont été, durant tout le tournoi olympique, capables de peser sur leurs poulains, de leur donner des clefs, d'influer un tant soit peu sur le résultat final. Teddy l'ex invincible cristallise toutes les failles du judo français. Riner était au dessus, même aujourd'hui, c'est une évidence, comme beaucoup de judokas français cette semaine. Pourtant, il n'a pas saisi sa chance comme d'autres n'y ont pas cru ou se sont dégonflés devant l'événement ou le moment décisif. Le plus inquiétant n'est pas que Tangriev était un gros nul. C'est que Riner est content de lui. Au-delà du choix des combattants, comme nous le disions hier, au-delà du manque de concurrence, champions ou pas, la sentence est claire, hormis Decosse (et encore), ils n'étaient pas prêts, mentalement et même techniquement. Les JO, c'est pas les championnats du monde. La faute à qui ?

Mickaël dans de beaux draps

L'exploit du jour est venu de la vitesse par équipes, qui a réussi une nouvelle fois à ne pas prendre l'or olympique. Jean-René Godard ne s'en relèvera pas, il n'a même plus la tête à aider Ballanger ou Asloum à s'entraîner aux commentaires sur les faux directs de France Télé. Comme Marie Collonvillé, Arnaud Clément ne sera jamais champion olympique, pour Llodra c'est cruel, mais la morale est sauve. Avec 4 h 40 de combat et une petite finale demain contre les frères Bryan ou Federer, on voit mal Di Pasquale les considérer comme successeurs. Et Le Vestiaire passe à un cheveu de relancer la rubrique tennis. C'est bête : Tsonga pourrait être encore un tout petit peu juste physiquement pour gagner l'US Open.

Pendant ce temps-là, l'escrime français est en larmes. Le remplaçant Jean-Mich n'est pas en or. Le médecin de l'équipe préfère en rire.

Une réflexion au sujet de « L’édito du Vestiaire : La fuite du Riner »

  1. Bien vu pour les coachs …

    Au judo français il n’y a pas que des lumières, le système d’attribution des dan’s par les résultats en compétition donne une légitimité technique et donc pédagogique à des gens qui ne le sont pas forcément.
    Champion du monde = 6 eme dan,
    pour les brevets d’état c’est pareil, je vois pas un champion du monde se faire planter.

    Donc au final teddy ou david douillet (cathy fleury, stéphane traineau) peut facilement sans trop bosser devenir entraineur de l’équipe de france,
    Faut savoir qu’au japon c’est pas tout à fait pareil et que certains ex super champions ne sont pas 6 eme dan à 60 ans.

    Je suis un peu dur, mais la fédé de judo c’est un truc de copains, un genre de club ou le rite initiatique annuel se passe au stage d’enseignants de boulouris (faut être sympa et bon buveur)

  2. J’ai l’impression que plus ça va, plus le sport français se contente de sa consternante médiocrité.

    PS : Pourquoi Le Vestiaire ne songe-t-il pas à faire une longue interview à ce sujet du fidèle ami de Thierry Bisounours, j’ai nommé Laurent Cucuyat ?

  3. Clément c’est un intermitent du spectacle… il fait rire pendant 10 mois fait le génie sur un tournoi et puis… et passe à deux doigts d’un titre olympique avec Llodra…

    J’ai eu la malchance (ou pas?) de regarder comme 1er tournoi à la télé l’open d’australie 2001 quand j’étais encore enfant, et puis j’ai comme tout enfant plus ou moins naif que j’étais j’ai adoré Arnaud Clement. Depuis je suis à me demander si ça serait pas mieux pour moi qu’il prenne sa retraite, puisque je ne peux pas renier ma madeleine de proust tennistique. Ou alors qu’il soit médaillé d’or avec Llodra aux JO de LONDON…

    Si Dementieva perd demain je tente de me suicider avec un coton tige usagé.

    Bonne continuation, exellent concept comme site.

  4. vos articles sont franchement VRAIS…MERCI! si l’équipe avait la même façon que vous de parler de nos « pseudos »sportifs que je qualifie de « CONTENTISTE » les victoires seraient très sincèrement constante…donc le travail Sérieux. le spectacle aux JO de Pékin de Riner, Manaudou and CO (Flessel, Aron…etc) est Désolant!

  5. Elena à gagné, ce n’est pas parce qu’elle parle très bien français qu’elle possede aussi le syndrome de la défaite en finale… Je suis sain et sauf !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *