Natation, JO, Bilan Le Vestiaire : Michael Phelps lui Spitz à l’arrêt

phelps.jpg

Les sélections américaines se sont achevées aujourd'hui en même temps que la carabine. Manaudou n'a plus que Stasiulis et le ballet par équipes pour tirer quelque chose de ses JO.

Il a ramassé en une semaine plus d’or que la natation française depuis 1896. Ca classe une performance. Michael Phelps est entré ce matin au Paranthoen du sport mondial. Il y a croisé Spitz et Biondi, Popov et Thorpe, Fabien Noël et Florent Manaudou, la main tendue devant la porte d’entrée. L’Histoire s’écrit parfois sur des détails, Greg Louganis en sait quelque chose. Il s’en est fallu d’un rien, d’un centième, pour qu’un Serbe effronté ne transgresse le pacte de non-agression qu’Alain Bernard avait mis tant de zèle à respecter.

Tout le Water Cube, ses adversaires en tête, a poliment regardé l’extra-nautique marcher dans la légende. Phelps, 1,92 m, est le plus grand nageur de tous les temps. Il n’a même plus de moustache (photo) et assure avoir été contrôlé plus de 40 fois depuis les sélections américaines. Bonjour les complications urinaires. A 23 ans, il a déjà tout gagné, et plus. Que peut-il encore espérer ? « M’attaquer à des distances inférieures, essayer d’autres épreuves. » Avec un tel niveau de perf, Rebecca Adlington et le 3.000 m steeple ne devraient pas lui résister.

Parce qu'il Leveaux bien

Camille Muffat et Fabien Gilot ont rappelé à leurs dirigeants que le Water Cube n’était pas la piscine municipale de Dunkerque. Avec six médailles, comme à Athènes, le bilan français est en dessous des espérances. A qui la faute ? Nous avons déjà tout écrit sur le naufrage mental de Manaudou, aussi ridicule à Pékin que les tatouages en plastique de Debbie Ferguson et la coupe de cheveux de Lebedeva. Metella, Mongel, Couderc et les relais féminins ont aussi montré leurs limites. Elles vont de Brest à Strasbourg.

Heureusement, les gars ont fait mieux, à chacun ses vitamines. Duboscq n’est pas le chouchou du Vestiaire pour rien et Amaury Leveaux porte son nom à merveille. Bernard, lui, a ramené trois médailles, une de chaque métal. Il n’y a que lui pour s’en contenter : ça fera plus joli dans l’armoire du salon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *