Athlétisme, Usain Bolt : Enquête contre enquête

00888000.jpg 

En publiant son papier Rasta Rocket, à quelques jours seulement du mariage de son Directeur, Le Vestiaire pensait bien qu'il déchaînerait les passions. Mais devant les centaines de courriels et de commentaires reçus, entre injures et félicitations, il nous a paru indispensable de dresser un bilan à mi-parcours. Voici donc l'évaluation de votre travail.

Il est d'abord essentiel de rappeler ce que nous avons déjà écrit, pour les lecteurs ayant eu un CP difficile. Dans la phrase « Il convient davantage de se pencher en détail sur son parcours et de le mettre en perspective avec celui des autres athlètes qu'ils soient propres ou non. » Où est le sujet, où est le verbe ? 

Plus simplement, le principe et la méthode de notre enquête étaient donc résumés en quelques mots, dès le deuxième paragraphe. Une autre enquête sera bien utile pour déterminer comment tant de personnes ont pu passer à côté de ceux-ci. Mais au fait, quel est le sens de cette phrase ? Si l'on fait confiance au verbe pencher et au nom parcours, il semble bien que l'on s'oriente vers un passage en revue de ses performances. Comme une simple base de donnée ? (Wikipédia diront certains). Oui, si on ne lit pas le reste de la phrase, car apparemment elle ne s'arrête pas là, comme l'ont habilement deviné neuf lecteurs sur dix. Il est question ensuite de « mise en perspective » et « d'autres athlètes ». N'y aurait-il pas là une histoire de comparaison ?

Quant à l'analyse, nous n'avions pas mentionné qu'il y en aurait une, pensant naïvement que le ton Vestiaire était connu. La barre était trop haute et certains, en lisant, par exemple : « Sa progression, jusqu'à cette fameuse année 2008, n'est elle non plus pas plus suspecte que ça, dans tout ce qu'elle a d'extraordinaire, si l'on tient compte du fait qu'il a été supérieur très jeune au commun des coureurs, même plus âgés que lui« , n'ont pas su déceler dans une tirade aussi basique un commentaire subjectif sur des faits objectifs. Petite précision d'ordre technique : on pourrait qualifier notre enquête d'épidémiologique, mais les puristes rempliraient encore 234 lignes du champ commentaire pour expliquer que cela n'en est pas une. Car il faut être précis pour pouvoir donner un vraie crédibilité à notre analyse.

Pine au Kyoto

Et nous n'avons fait que mentir : ainsi, nous avons dit  « Il a 17 ans et passe à 20″13« . Hors, il n'eut ses 17 ans qu'un mois plus tard. De biens mauvais journalistes, nous sommes. Mais notre incompétence ne s'arrête pas là : une nouvelle fois, nous prêtons à ce brave Usain un âge qui n'est pas le sien, voyez plutôt : « On n'est guère surpris par ses 19″93 (+1,4) de l'année suivante. Il a 18 ans… » 18 ans, alors qu'il n'en avait que 17 depuis 8 mois; comme nous le rappelle Régis, notre tête préféree. Logiquement, après ces deux erreurs capitales, on peut toujours courir après notre crédibilité. 

Régis a tout à fait raison, on a 17 ou 18 ans qu'une seule fois dans sa vie, c'est le jour de son anniversaire. Sans doute un vieux traumatisme remontant à cette fameuse fête des 15 ans où Emilie refusa de l'embrasser pour une question de date… au profit de Nico, mais c'est une autre histoire et Régis nous en voudrait surement de noyer nos insuffisances dans des histoires scabreuses. Car Régis, il tient à garder sa vie privée et a autre chose à nous raconter, comme les raisons de la stagnation de Bolt pendant 3 ans (2 ans pour Régis), comme si ça changeait les faits : « Il se blesse continuellement, et assez gravement, ischios (derrière la cuisse) et au dos, ce qui l’empêche de postuler à une médaille (au moins d’argent), dès 2004, JO où il se fait éliminer sans gloire en série du 200 m. » Il nous parle aussi de présupposés faux à propos de notre appréciation sur les limites de Bolt. Hélas, qu'il se blesse, qu'il mange gras ou qu'il dorme trois heures par nuit, un athlète qui stagne est un athlète qui stagne. Les faits sont têtus; comme disait Papi Closefield, déguisé en Père Fouras à la kermesse de Lempdes. Il est passé de 19″93 en avril 2004 à 19″75 en juin 2007, c'est une petite progression, mais une progression quand même, c'est vrai, même si elle est limitée, quelles qu'en soient les raisons, par rapport à ce qu'il a fait avant et après. Donner les temps, c'est une constatation, dire que c'est une stagnation ou un plafonnement, c'est une interprétation que l'on peut faire, elle correspond à la réalité même si Tsonga a mal au genou. Le travail du Vestiaire s'arrête là, ce n'est pas à lui (du moins pas là) de décider si le sportif se dope ou pas ou d'expliquer pourquoi il court vite. Nous posons des questions, analysons des faits en décrivant la réalité à partir des performances d'Usain Bolt et de celles de nombreux autres athlètes, dopés ou non, pour donner des clés de compréhension à nos lecteurs, qu'ils soient, comme nous ou pas, des autistes de niveau 2 et même 3. Cela n'avait jamais été fait (formule d'autosatisfaction pour justifier l'intérêt du papier).

John Regis

Mais Régis est toujours là pour préciser comme nous que quatre dixièmes, c'est beaucoup, mais entre temps, indique-t-il, Bolt est devenu athlète (entraînement, nutrition…). Il est gentil notre Régis, il apporte toujours des informations nouvelles. Il aurait tout aussi bien pu nous dire qu'il s'était mis à la drogue, ça n'aurait rien changé, quatre dixièmes c'est quatre dixièmes et c'est pas courant chez l'être humain athlète de haut niveau coureur de 200 m. Ca, c'est encore une analyse pour ceux qui n'auraient pas suivi. Régis, il a remarqué que Bolt, de toutes façons, c'est pas un gars courant. Il est malin Régis quand même. Il pense qu'il est le seul à l'avoir remarqué, mais pour s'en convaincre, il a besoin de préciser qu'à 16 ans Usain avait déjà battu le record de France senior actuel. Points de suspension. Nous, pour bien montrer sa supériorité et son avance on l'avait comparé à notre champion du monde juniors. Mais Régis il n'aime pas cette comparaison, il la trouve maladroite. Pourtant comparer un athlète de 16 ans et un de 18 pour montrer que le plus jeune va plus vite que le plus vieux deux ans avant d'atteindre son âge, ca paraissait simple à comprendre, même pour notre ancien stagiaire. Le seul point de discordance avec Régis c'est finalement la croissance de Bolt. Régis l'a vu grandir de 3 cm après ses 18 ans, il a de bonnes fréquentations.

Globalement, Regis est de l'avis du Vestiaire, mais comme il n'aime pas notre suffisance ou notre arrogance, il faut qu'il se rebelle. Il n'aime pas non plus les jeux de mots du type « selectfion », il a encore raison. Alors, Régis devrait changer ses lectures, mais il ne le fera pas. Car Régis, il sait que le travail du Vestiaire est comme d'habitude quasiment parfait et totalement inédit et pertinent. Le quasiment a sa place en raison d'un problème de relecture lié aux préparatifs du mariage. Donc nous ne tomberons pas dans l'habituelle autosatisfaction. Ah bon ?

PS : Pour les plus gourmands, l'intégralité des commentaires de Régis sont disponibles sur simple demande à equipe.vestiaire@yahoo.fr. Une anthologie pourrait être publiée prochainement.

11 réflexions au sujet de « Athlétisme, Usain Bolt : Enquête contre enquête »

  1. Avant de répondre à votre message, deux choses :
    – pour vous même, auteur des lignes précédentes : je n’avais, effectivement, pas compris que le « ton » du vestiaire était celui d’un Guy Carlier vers 3heures du mat, bouteille de bodka sur la table et indigestion de Gérard Holtz carabinée, mais… et c’est bien malheureux pour vous, le talent, les arguments, et le fond humaniste en moins.
    Votre réponse me rassure ! vous le faites exprès! ouf…
    – pour les lecteurs, eventuels, de ce cinéma bon enfant, une petite information sur la réponse initiale du rédacteur de ce site web, qui est arrivée directement sur ma boîte mail!!!! ce qui constitue déjà, à mes yeux, une intrusion injustifiée dans mon « domaine privé »…

    mais passons… je lis le titre : « Régis serait-il un…? »…???… il est 2 heures du matin… samedi soir…et je met au moins 10 secondes à sentir l’odeur particulière de la blaque foireuse ! Mais c’est bien sur!!! Petit recyclage insalubre de la grande époque des Nuls… mais alors que la série de ces glorieux comiques était tordante, car « impersonnelle », cette saillie du « vestaire » sur ma boîte mail était tout simplement une insulte… comme une autre me direz vous!
    Constation pathétique : le vestiaire, plutôt que de me démontrer, arguments à l’appui (ce qu’il semble être persuadé de pouvoir faire, le réclamant à certains des surfeurs de ce site) que j’ai tort, m’insulte petitement et oserai-je le dire, facilement…

    Mais ce n’est pas grave! Je suis tout sauf susceptible ! je pardonne tout (les attaques personnelles), ou presque (le manque de fond dans l’analyse)…

    Conclusion : notre ami rédacteur du vestiaire, grand défenseur de la liberté d’expression et de la contradiction devant l’éternel, se présente à mes yeux comme un croisement entre un Georges Bush, un Kim-Jong-Il, et un Hu Jintao (tous bien connus pour leur tolérance face à l’expression d’autrui!) J’ajouterai bien un Poutine style « on va tous les butter jusque dans les chiottes! »

    Contrairement à vous, je sais reconnaître mes erreurs!!! Je reconnaîs ainsi que ma reprise de votre comparaison entre Bolt et Lemaître était inutile! Peut-être même que si j’avais plus de temps que 10 minutes à consacrer à cette réponse, j’en trouverai 2 ou 3 autres dans ma longue, longue, longue… réponse à votre première partie! mais la matière de départ était un champ de bataille trop tentant!

    Fervent disciplie de l’auto-critique (sans aucun rapport avec la pratique maoïste autrefois à la mode!) J’ai, après réception de votre mail injurieux, transféré mes réactions, vos articles et tout ce qui va avec à des gens de mon entourage, avec cette question existentielle fondamentale : « suis-je con? »…

    La réponse m’est revenu rapidement : « non! pas plus que d’habitude en tout cas ! ouf de soulagement… par contre, l’auteur du site semble posséder un argumentaire des plus rudimentaire, et une aggressivité qui mériterait une analyse… » haha!!! mon sentiment n’est donc pas celui d’un vieux fou ruminant les échecs de sa jeunesse perdue au fin fond d’un canapé!!
    Peut-être, concernant votre agressivité décellable dans chacune de vos réponse (à qui que ce soit sur le site), « un vieux traumatisme remontant à cette fameuse fête des 15 ans où Emilie refusa de l’embrasser pour une question de date… au profit de Nico » (c’est là qu’on se rend compte de la médiocrité de certains de nos propos…)

    Quitte à lire ou écoutez des vulgarités en boucle, je préfère infinimment me repasser les deux lurons Val et Font, qui narraient naguère avec tant de classe les mérites d’une petite communauté appelée « villa moncul »… pour les fans, jeunes ou vieux (cons), tous leurs spectables sont en téléchargement gratuit et légal sur le site de Font !!!! Génial!!!

    Régis(athlé)

    PS : Je ne perdrai pas mon temps à vous répondre lors deux autres épisodes de votre « enquête »… je préfère vous réserver une petite analyse globale sur l’ensemble de votre oeuvre ! Je me prend même à rêver que votre site me laissera plus qu’une misérable réponse de plus de 200 lignes…

  2. Bonjour le Vestiaire

    Hier soir J’ai lu une réponse plutôt mordante à cet article, signée d’un nommé régisathlé.
    Ce matin elle a disparu.
    Comment se-fait-ce ??
    Sinon la référence à la vielle blague des Nuls, c’est un peu poussif et assez indigne de vous! Tout juste bon pour la pub radio de Leclerc…De toute façon l’age d’or des Nuls c’était avant, avec l’immense Bruno Carette.

    Cordialement

  3. Régis Président……
    Ma boule de cristal me parle
    Ses mises au point me semblent aussi interessantes que celles du president de la fédération française d’athletisme
    Ils semblent avoir la meme ligne de conduite avec des remarques et des idees qui n amenent à rien du tout
    On pourrait penser que c est la mème personne

  4. Je pense qu’Usaint Bolt a une grande marge de progression vu son âge et devrait rejoindre les 9″45 en fin de carrière. Limite humaine autour des 9″40 prouvée scientifiquement.
    ciao

  5. Je viens de lire avec attention cette thématique bolt, et je dois dire que tout cela est fort bien ficelé. Vous êtes restés dans l’objectivité pour nous retracer l’evolution du Jamaicain ce qui manquait cruellement de la part des medias accusateurs comme defenseurs. Ce n’est effectivement pas à vous de nous dire s’il est dopé. Je connaissais pas ce blog, mais je vais souvent y revenir.
    Merci beaucoup.

  6. Bonjour,

    Je suis journaliste et bien placé pour savoir comment se construit une enquête.Contrairement à ce que croient certains, il ne faut pas confondre enquete et révélations. Une enquete est une collecte de données mise en perspective comme vous l’avez dit et fait. C’est une vraie leçon de journalisme

  7. hey!!!

    la démocratisation du monde suit son cours!!!

    c’est trop bien…

    Ils sont marrants les deux derniers messages… je crois y déceler un peu de second degré de la part du vestiaire?…

    Cordialement

    Regisathlé

    PS : Bon courage pour votre blog. Je ne m’y retrouve pas, mais comme le disait le générique d’une série politiquement correcte des 80’s : « Faut de tout pour faire un moooooooonnnnnnnnde! »…

  8. Bonsoir, j’ai lu les commentaires de certains et je suis tout à fait d’accord avec la comparaison Bolt et Lemaître. Cette comparaison me paraît judicieuse. A+

  9. Regis t’es bidon arrête de te torturer et laisse à chacun son travail. Si tu estime faire mieux fais le mais ailleurs stp

    tout ce que j’espère c est que Bolt réitère son exploit dopé ou non il fait rêver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *