Football, Ligue 1, Nantes : M’Baup

nantes.jpg hanson.bmp 

Le technicien continue son tour de France des clubs. Il arrive à Nantes en terrain conquis : même le nouveau Le Dizet a jugé qu'une telle tentation, ça cache quelque chose. 

L'entraîneur à la voix d'un Alf bigourdan n'a toujours pas de poil sur le caillou. C'est à peu près la seule certitude qui accompagne la venue d'Elie Baup à Nantes. Son seul rapport avec le FCN est une carrière hommage à Reynald Denoueix : débuts à la formation puis une tendance à ne pas confirmer les bonnes saisons (à Bordeaux, Saint-Etienne puis Toulouse) jusqu'à se faire virer. Guy Lacombe n'a rien à lui envier, même s'il est passé à Nantes. Un sacré chantier l'attend : confirmer à Mareval qu'entre le stage UNFP 2007 et ce début de saison, il a bien été joueur de foot, ou apprendre à défendre à Guirane N'Daw, l'ancien défenseur de Sochaux. Le chef d'oeuvre manceau sera un bon livre de chevet, Houellebecq n'a pas réussi à faire aussi complexe. Ses compétences sont reconnues, mais l'intrus Blazevic a bien été demi-finaliste du Mondial avec le képi du gendarme Nivelle sur la tête sans réussir à Nantes. Il est vrai que ça ne l'empêche pas de dire des conneries.

Betty Baup

Baup sera donc le premier entraîneur hors sérail à intégrer le FC Nantes depuis Blazevic. Le bon président d'alors, Max Bouyer, en est mort, les rêves de Coupe d'Europe de Jean Clerfeuille aussi. Rompre avec les habitudes est certes devenu nécessaire : la filiation nantaise frôlait les affres de la consanguinité. Luttes de pouvoir, choix judicieux comme le départ du recruteur Guy Hillion, les écharpes de Guy Scherrer ou la cession du club à la hâte à la Socpresse. Voilà que le crépi du centre de formation était à refaire au bout de cinq ans. Saccomano, bien avisé, déclarera au lendemain du titre de 2001 à un auditeur nantais : « Que voulez-vous qu'on vous dise ? Nantes ne fait pas d'histoire, c'est un club bien géré ! Merci de votre appel. » On connaît la suite, les dirigeants de RTL un peu moins, LCI a enfin compris.

En peu de temps, le jeu à la nantaise est passé d'une antienne de vieux réacs nostalgiques à l'oeuvre périmée du démon qu'il faut éradiquer. La vérité se trouve au milieu, comme aime le rappeler la femme de Fred. L'ignorer est criminel, c'est ce qui se passe depuis cinq ans, avec des méthodes différents. Nantes était un club à part, qui a tourné progressivement le dos à ses méthodes de formation d'entraîneur, de conception de football, de dialogue entre équipes de jeunes et seniors et d'apéros dans le bureau de Budzinsky. Nantes est devenu un club comme les autres. L'arrivée de Baup en est une étape supplémentaire. Vivement que Troussier débarque.

Pourtant, un club comme un autre accepterait-il que le premier Brésilien à revêtir son maillot soit le plus mauvais de l'Histoire ? Pendant ce temps-là, Charles Devineau repense à la Ligue des Champions dans le vestiaire du SO Cholet.

Une réflexion au sujet de « Football, Ligue 1, Nantes : M’Baup »

  1. Canal +, c’est vraiment la boîte d’intérim quand on a rien à faire et qu’on peut gagner du pognon facilement. En tout cas, pour Casagrande, c’est une bonne vieille planque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *