Football, La Légende : Pascal, la fin du no

feindouno.jpg 

Bordeaux et Saint-Etienne porteront ce soir un crêpe noir pour Pascal Feindouno, en hommage à Patrick Montel.

Il était Guinéen et voulait jouer au foot professionnel. Enfin, c'est ce qu'ont cru ses entraîneurs, à commencer par Elie Baup, même prêt à biser Michel Pavon un soir de mai 1999. Il y avait de quoi, le petit Guinéen avait fait des miracles : inscrire le but du 3-2, offrir le titre et inciter Baup à faire rentrer Bruno Da Rocha.

Mais l'état de grâce n'a pas duré, même si Aimé Jacquet lui trouva beaucoup de talent en Ligue des Champions. C'était contre Willem 2 Tilburg et Jean-Chritophe Rouvière était titulaire. Un départ à Lorient, une amitié sur et en dehors du terrain avec Jean-Claude Darcheville, des passages dans C José et avec Paganelli, peu de carrières y résistent.

Parti à Saint-Etienne pour franchir un cap, il fait taire tout le monde quand une rumeur insistante l'envoie à Toulouse, deux ans plus tard. Mais il reste, attend sagement que France 2 acquiert les droits télé. Patrick Montel le surnomme le « Magicien », s'étonne qu'aucun grand club ne s'intéresse à lui, c'est l'apogée. Par fidélité, il avait commis l'erreur de ne pas partir dans le Golfe dès l'été 2007. Il passe l'hiver dernier à la CAN au Ghana et comprend qu'il n'a plus de temps à perdre, surtout que Schwarzenegger prèfère les cantines qataries au Casino de Geoffroy Guichard. Son dernier but en Coupe d'Europe restera donc la propriété de l'Hapoël Tel Aviv. Il voulait juste jouer au foot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *