L’édito du Vestiaire : Le mariage de mon meilleur ami

1368.jpg 

C'est un jour particulier pour Closefield, le parrain de ce blog. Demain, il mariera son compagnon de Tours Pratique, un Tours Pratique qu'il n'aura peut-être pas terminé. Il ne sera donc pas présent : curieuse définition de l'amitié. Christian Bîmes en payerait presque l'addition avec son chéquier personnel. Non, on déconne.

Vous l'aurez sans doute compris, notre directeur de la rédaction, directeur de la publication et accessoirement ancien spécialiste football viré par le Zenith avant de revenir car il est le meilleur, va devenir un homme. En pleine préparation de son dernier jour de célibataire, il n'a même pas pris le temps de nous dire que Lyon, comme il l'avait expliqué, avait une base défensive obsolète où même Cris ne brille plus et une attaque que seul Benzema peut faire briller. Il ne nous aura pas expliqué que face à la plus faible équipe du premier tour, un match nul est un bien mauvais résultat. Fred est décidément un très bon joueur. Comme ce n'est pas son domaine, il ne reviendra pas non plus sur Tony Parker ,qui pourrait jouer tout seul avec autant de succès. Heureusement que Michel Gomez est là pour gâcher la fête. Rassurez-vous, il n'est pas invité au mariage. Il ne pourra pas s'enflammer de nouveau sur la formidable enquête de son confrêre de la rubrique athlé, mais il l'a déjà lue et c'est déjà un privilège. Il aura su poursuivre Osaka et dénombrer les Péquins Express. S'il n'aura pas eu l'honneur de coller une rouste à Gasquet comme les 3/4 des joueurs du circuit professionnel, il aura au moins écrit une bonne partie des articles du Vestiaire. La queue de Loth, c'était lui.

Pour célébrer cette union, c'est un invité un peu spécial qui rendra visite au Vestiaire. En l'honneur de ses débuts dans le monde du ballon rond où, à sept ans, il se prit les pieds dans la balle, et à son dernier où il répondit qu'il n'en avait rien à foutre lorsque son entraîneur lui demanda quelle était sa place préférée sur le terrain, une double légende sera publiée.

Pendant ce temps-là, Peyo Greenslip survit comme il peut à son slip vert, son accent dégueulasse et son nez envahissant. Sebastian le DJ prend l'air dans la sachristie. Notre spécialiste F1 s'est tapé sa coloc moche, après une soeur de Bao quelconque et une blonde au pif bigourdan et à la machoire trouble. Mais elle aime la b… et c'est déjà ça. C'est pour ne pas vous parler de celle qui n'a plus de doigts de pieds : dure, la vie de séducteur. Quand on vous aura dit que notre rédacteur en chef est épileptique et sybillin, vous en saurez beaucoup sur le niveau d'autisme de notre équipe. Merci d'envoyer vos dons sur equipe.vestiaire@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *