Formule 1, GP du Japon, Renault : Losange et des monts

renault.jpg 

« Vous avez bien fait de vous lever ! » a crié pendant deux heures l’héritier de Pierre van Vliet. Chuck Norris et Marc Minardi n’avaient pas mis de réveil.

Ca va mieux chez Renault. Les ouvriers de Sandouville seront contents de l’apprendre. Le seul salaire annuel d’Alonso suffirait, en passant, à payer pendant deux ans les mille smicards remerciés. Mais on n’est pas là pour parler politique, après tout, Seb la Bourde fait ça beaucoup mieux. Tokyo ? Ca lui a rappelé les Etats-Unis, « mais avec plein de Japonais ». Et la région autour du circuit, c’est un peu l’Autriche, « mais avec plein de Japonais ». Il va bientôt écrire qu’il y a trop de Chinois à Shanghai. Que fait Jorg Haider ?

On pense ce qu’on veut de sa première saison en F1 et de ses trois tours en leader virtuel, il faut reconnaître que le Français ne méritait pas plus sa pénalité de 25 secondes que les drive through infligés à Hamilton et Massa. C’était déjà dur pour Piquette de doubler en F1, ça devient impossible maintenant que la FIA refait passer par les stands tous ceux qui s'éloignent un peu trop de la trajectoire idéale. Les instances dirigeantes comprennent tellement leur sport que le GP du Canada va sauter la saison prochaine. C’était l’un des plus beaux du plateau.

Tout avait pourtant bien commencé pour Nakajima, auteur dès le premier virage d’un éperonnage dont il partage le secret avec Sato. Son public a apprécié. Quelques mètres devant, Hamilton montrait combien il avait retenu les leçons de la saison dernière. Il n’était plus le chien fou immature qui perd le titre sous la pression. Il ne tenterait plus de manœuvres désespérées et laisserait Nicole à ses occupations les week-ends de course.

Légitime défiance 

Heureusement, une fois encore, Ferrari a fait de son mieux pour lui offrir le titre. Ses mécanos ne craignent plus pour leurs genoux depuis le retour de l’homme-sucette, mais son duo de pilotes a confirmé qu’il n’était pas à la hauteur de l’héritage cabré. Massa a récupéré deux points aussi précieux qu’un autographe de Bertrand Baguette, mais Ross Brawn se demande encore comment la Scuderia peut être en mesure de tout perdre avec une voiture aussi supérieure ?

Jamais championnat n’aura couronné un pilote aussi peu légitime, qui que ce soit. Kubica ne va quand même pas profiter tous les dimanches de la faiblesse de ses adversaires. Il a déjà montré ce qu’il valait. « Si BMW avait apporté autant d’améliorations à leur voiture que nous l’avons fait cette année, le Polonais serait champion du monde », murmure-t-on chez Renault.

Ca va mieux pour le Losange et Le Vestiaire est content de l’apprendre, lui qui avait refusé en début de saison d’enterrer trop vite Alonso (2e commentaire). « Sa marge de progression est importante », écrivions-nous alors, conscients que l’Espagnol n’avait pas battu deux fois Schumacher pour rien. Pour la première fois depuis le printemps, les deux meilleurs pilotes ont fini aux deux premières places. Pas forcément dans le bon ordre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *