Ligue 1 : Les défenseurs sans trop

francehplysvscotno50203.gif

Le Vestiaire reprend aujourd’hui sa rubrique Ligue 1. Le rot Cailleux est oublié. Les derniers événements ont ranimé la flamme : Grenoble et Lorient vainqueurs à Saint-Etienne, le PSG qui marque 5 buts dont un de Luyindula et un pour Toulouse, Le Mans à deux doigts d’être leader si l’ogre auxerrois ne s’était pas dressé sur sa route… Les charnières centrales de L1 rayonnent. La concurrence est rude.

OM : Zub’ bida

Gagner le match des charnières défensives contre le PSG et son Camara-Bourillon, c’est fort. Marseille est devenu un modèle. L’an dernier, déjà, un brevet avait failli être déposé. L’arrivée d’Hilton pourrait appuyer le dossier. Il est arrivé sur la Canebière sans faire de bruit. Pour un patron censé guider sa défense pour jouer le hors jeu, c’est judicieux. Le Vestiaire avait tout annoncé. Zubar, lui, a confirmé que Carquefou n’était pas un accident en enchaînant les prestations haut de gamme. Gerets ne se pardonnera jamais d’avoir voulu le garder cet été. Sa Ligue des Champions restera dans les mémoires : Zub Zub a inventé le air ball du foot contre Liverpool, puis le concept de spectateur au cœur de l’action à Eindhoven. Toujours en retard, sauf à l’entraînement.

Lyon : Un Cris dans la nuit

Les supporters lyonnais s’y attendaient encore moins qu’à gagner la Ligue des Champions : le Policier serait un ripoux. Cris revient de blessure, d’accord, mais il dégage moins d’autorité qu’un des ses compatriotes lyonnais à la maison. Les repères du grand Cris se sont envolés : à sa décharge, dans ses souvenirs, Squillaci n’était pas un métis, qui se fait dribbler par Jemaa en équipe nationale et qui a la phobie du roumain. Visiblement, c’est contagieux : Jelen l’attaquant d’Auxerre, la plus roumaine des équipes françaises avec Nantes, a fréquemment rappelé à toute la défense lyonnaise que Bucarest était une place forte du football européen. Les Lituaniens confirment.

Paris : Rabais sans dratana

Comme L’Equipe, le PSG s’est laissé avoir, dimanche soir. Une victoire sur l’OM et on oublie la saison passée, la passe décisive de Bourillon pour Niang et l’autorité naturelle de Landreau. Evidemment, gagner le clasico puis perdre au Parc contre Toulouse, ça remet les idées en place. Et ça conforte encore une fois l’expertise du Vestiaire. Zoumana Camara est rassuré, la concurrence du taulier Bourillon est éteinte. Mais pas d’inquiétude pour le PSG : avec Hoarau, les errements de défense seront compensés sans mal, puisqu’il est le nouveau Benzema. Mais lequel des deux a marqué de 25 mètres hier soir ?

Nantes : Grave garde

C’est la destination exotique de l’hiver. Déjà, un Haïtien venu d’Uruguay qui s’impose comme capitaine, ça a de quoi séduire. Mais lui adjoindre un défenseur central danois, c’est carrément tirer la L1 vers le haut. Abriel a bien senti l’émulation au moment de lui montrer qu’un simple passement de jambes pouvait foutre la gueule dans le gazon, samedi dernier. Il n’est pas le seul : puisqu’il suffit juste de courir, chaque semaine un attaquant de L1 relève le défi avec jubilation. Mais le football est plein de paradoxes : Hoarau n’a pas réussi à marquer un but contre Nantes, Kezman oui. Et si le Serbe était le nouveau Benzema ? Comme ses plus farouches concurrents, Nantes est blindé contre les blessures : Douglao se tient prêt.

Pendant ce temps-là, Bordeaux devrait compter 2 points d’avance, si les buts imaginaires restaient imaginaires.

5 réflexions au sujet de « Ligue 1 : Les défenseurs sans trop »

  1. En même temps, les scores son ce qu’ils sont et l’on ne va pas se remettre à refaire les matchs comme dirait l’ex-chanteuse Francesca. On connait les erreurs d’arbitrage et n’est-ce pas cela aussi qui fait le charme du football. Mais attention n’interprétez pas mes dires, je ne me pose pas comme un fervent ennemi de la vidéo,simplement je trouve dommage que vous vous mettiez au niveau de certains journalistes surtout après seulement 11 journées : http://www.football.fr/footballfr/cmc/ligue-1/200840/la-saison-2007-2008-faussee_54326.html. Si l’on suit votre raisonnement (certainement dû à une sympathie spontanée envers bordeaux au détriment du leader), nancy aurait passé la saison dernière dans le ventre mou du championnat et monaco dans les places européennes ? C’est digne d’un “Nice volé à Lyon” de votre quotidien préféré.

  2. Le Nice volé à Lyon qui fut suivi d’un Bordeaux volé à Nice, furent les 2 meilleurs titres de la saison, même le Vestiaire n’aurait pas fait mieux.

  3. Ah bon ? Je croyais que ce qui faisait le charme du football, c’était les gestes techniques non superflus qui enrhument l’adversaire, la passe difficile qui amène le but, le mouvement constant des joueurs pour proposer des solutions au porteur, la fluidité des transmissions ou la vitesse à laquelle le ballon peut aller d’un partenaire à l’autre, etc …

  4. il vaut mieux attendre la fin de la saison avant de proclamer les meilleurs titres.
    en tout cas on peut etre sur que ça ne sera pas Lyon volé à Bordeaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *