L’Hommage : Zidane passe à table

L’hommage de la semaine va au célèbre homonyme de Mohamed Zidan, qui a été aperçu au pique-nique des Amaury.

Les journalistes de L’Equipe (il doit bien y en avoir un ou deux) et ceux du Parisien (leurs fameux lecteurs) ont eu l’honneur de cuisiner le plus grand footballeur de tous les temps. Les Unes des quotidiens étaient prometteuses : il dira tout. S’il ne dit pas grand-chose, il s’est quand même étendu davantage que durant toute sa vie, chanteuses de RnB françaises mises à part. Tour à tour médecin « la créatine ça ne doit pas faire de mal », psychologue « moi quand j’ai quelque-chose à dire j’appelle le gars »,  paparazzi « il faut photographier ceux qui sifflent », medium « ce qu’on reproche à Santos est loin de la vérité », ou politologue « pour Obama ça sera aussi dur que pour ses prédécesseurs », le Bordelais de Provence sait tout faire et le fait bien.

Le gros scoop du papier, car il y en a un, concerne ses aveux. Après plus de deux ans d’omerta, de complicité vertueuse et d’intégrité, tout simplement, de la quasi Terre entière, il avoue enfin que son coup de tête avait plus sa place dans le foyer rassurant d’une ancienne journaliste de France 3 Nord-Pas-de-Calais que dans une chambre d’hotel de Vilnius, ou même un terrain de foot. En parrain authentique de ELA, il n’ajoutera pas un mot sur le téléthon. Migliaccio n’avait pas dû le mettre au courant. Enfin, il n’omet pas de rappeler qu’il s’est dopé en Italie, mais apparemment l’autotransfusion, ça ne doit exister qu’au Kazakhstan ou dans la tête de vieilles gloires du rock’n’roll.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *