Ligue 1 : Le père Noël dans les ordures

roth

La table est dressée, le sapin illuminé et il n’est pas exclu que Stéphane Dalmat prenne quelques kilos. Le Père Noël va avoir du boulot.

Le Havre. Ils ont déjà rendu les cadeaux de mariage. Comme le Père Noël ne fait ni avoir, ni échange, il faudra mieux choisir. Après tout, c’est le geste qui compte.

Sochaux. Un Noël sur le thème de Peter Pan : les gamins s’amusent, les vieux sont trop nuls. Ils seront bientôt au chômage. Après tout, c’est le geste qui compte.

Valenciennes. A la place des oranges, ils ont commandé Darcheville. Le Nord, c’est de plus en plus pauvre, mais le druide apportera de la bière. Après tout, c’est le geste qui compte.

Saint-Etienne. L’an dernier, le sapin s’était embrasé et ça sentait le Roussey. Cette année, pas de sapin, de toute façon, le sorcier guinéen ne fera pas de spectacle pour l’arbre de Noël. Après tout, c’est le geste qui compte.

Nantes . Le président puis Baup ont tellement été généreux depuis septembre que personne ne veut fêter Noël. Il devrait pourtant y avoir des cadeaux. Le Père Noël aime aussi les familles à problèmes. Après tout, c’est le geste qui compte.

Auxerre. Guy Roux, sans robe rouge et sans barbe. Après tout, c’est le geste qui compte.

Monaco. Trois ans après la mort de papy, ça sent toujours le sapin. Qui va faire le ménage ? Après tout, c’est le geste qui compte.

Caen. Un maintien suffirait, mais pourquoi pas un régime pour Dumas ? Sorbon pourrait avoir des défaillances pour la nouvelle année. Après tout, c’est le geste qui compte.

Le Mans. A déjà tellement dépensé dans le stade qu’il n’y aura pas de Noël. Après tout, c’est le geste qui compte.

Grenoble. Le promu prie pour que la L1 garde son niveau actuel. Si Papa Noël est généreux, Bazdarevic rêverait aussi de reconstituer le trio bosniaque avec Hadzibegic et Baudry. Après tout, c’est le geste qui compte.

Nancy. C’est comme les Mon Chéri, ça emmerde tout le monde et personne ne le dit. Après tout, c’est le geste qui compte.

Lorient. Le merlu à Noël, ça fait un peu cheap, à part pour Tavernost. Gourcuff, à Lorient comme à Bordeaux, c’est le cadeau incontournable. Après tout, c’est le geste qui compte.

Nice. Antonetti voudrait de l’ambition, mais Echouafni est toujours là. Le Père Noël, lui, est indémodable. Après tout, c’est le geste qui compte.

Toulouse. Ils ont filé leur vieux cadeau au Havre, ça débarrasse. C’est malin, parce que le père Noël, c’est pas un dépôt-vente. Après tout, c’est le geste qui compte.

Lille. Ils commencent juste à jouer avec leur cadeau brésilien de l’an dernier. Ils ont fêté Noël avant l’heure, c’est probablement la bière. Après tout, c’est le geste qui compte.

Marseille. Niang est sur la touche pendant que Santos Mirasierra attaque la dinde. Le père Noël n’existe pas. Après tout, c’est le geste qui compte.

PSG. L’euphorie est passée, les Parisiens se sont bien gavés, ils se préparent la plus belle crise de foie possible. Le Père Noël hésite à passer chez les Rothen, papa n’a pas été gentil dans son livre. Après tout, c’est le geste qui compte.

Rennes. Jusqu’à quand continueront-ils à croire au Père Noël ? S’il existe, Lacombe s’envolera avec des rennes. Après tout, c’est le geste qui compte.

Bordeaux. Blanc a demandé trois choses : les Bleus, le Real Madrid et des étrennes. Tavernost n’est pas le Père Noël. Après tout, c’est le geste qui compte.

Lyon. Aulas a promis d’être dépensier. Attention, le père Noël ne fait pas crédit. Après tout, c’est le geste qui compte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *