Champions League : Le Canari dévot

yop

A l’approche de la demi-finale de l’Olympique Lyonnais en Ligue des Champions, Le-Vestiaire.net s’est rendu compte que la C1 ne s’est pas toujours arrêtée en quarts de finale. Aujourd’hui : Ouedec marque quatre buts.

D’aucuns considèrent que cette équipe reste la meilleure que le FC Nantes ait jamais connu. Suaudeau en rirait bien en pointant du doigt Makélélé, mais l’ailier maladroit s’est finalement reconverti brillamment. Nantes, son équipe champagne, une seule défaite en championnat, son 3-0 au Parc des Princes, ça manquait pourtant de quelque chose. La Coupe UEFA s’était arrêtée après la Russie et la Suisse, sur un malentendu. La Ligue des Champions s’arrêtera aussi tard que possible.

Le Pana rit

En poule, le champion fut jaune cocu. Une taule au Panathinaikos (1-3) après un nul inaugural à La Beaujoire contre Porto (0-0), il faudra attendre le grand Toulouse pour vibrer autant en Ligue des Champions. Heureusement, la troisième équipe du groupe eut la bonne idée d’être danoise. Aalborg perdra chez lui (0-2) comme à Nantes (1-3), Guyot, Chanelet, Kosecki, et même Ouédec se permettront de marquer. Pour bien affirmer son ambition, Nantes ne battra ni Porto, ni le Panathinaikos pour la seule soirée de neige à Nantes dans les années 1990. Suaudeau craignait que Pedros ne veuille jouer au basket, mais finalement le ballon orange fut une bénédiction, un 0-0 suffisait.

On Spartak le gâteau

Pour le tirage des quarts, il restera deux gros clubs (Juventus et Ajax) et l’éternel club russe à six victoires en six matches, mais qui n’a pas repris son championnat avant le quart de finale aller. Le Spartak Moscou inquiétera Nantes autant que Kamichine l’avait fait la saison précédente en UEFA (2-0, 2-2). Ouedec manquera plus d’occasions qu’il ne marquera de buts sur les deux matches, mais il terminera quand même à trois buts.

Les Turinois n’en demandaient pas tant. Bruno Carotti non plus, lui qui se fit expulser avant même la mi-temps en Italie. Peyrelade jouera quatre minutes au Stadio Delle Alpi, à 2-0 ; Renou quinze de plus au retour et il marquera le but du 3-2. N’Doram passera à un cheveu d’un quatrième but. Par ambition, Deschamps s’était promis de ne pas revenir. L’aveu est terrible, mais ce soir-là il a failli avoir peur. Il sera champion d’Europe quelques jours plus tard.

Pendant ce temps-là, le Barça fait baisser la pression.

2 réflexions au sujet de « Champions League : Le Canari dévot »

  1. Tiens, Renou ! Un des rares joueurs que j’ai vu rentrer dans un match pour être sorti une demie heure après par un Suaudeau en pleine forme. ça marque une carrière, sinon des buts. Pour la prochaine rétro, nous attendons tous le Deniaud show, ancêtre du Domenech show, avec pourquoi pas, en prime, une superbe vidéo d’une interview de Roux par Praud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *