Les questions interdites : Brian Joubert peut-il passer professionnel ?

pro2

27/03/09-05h54    priorité 2 ALERTE-
Patinage artistique: Evan Lysacek champion du monde

27/03/09-05h54    priorité 3 Glace-patinage-artistique-MOND-2009-RS-sport
URGENT Mondiaux-2009-Messieurs: Lysacek champion du monde
LOS ANGELES (Etats-Unis), 27 mars 2009 (AFP) – L’Américain Evan Lysacek a été sacré champion du monde de patinage artistique en battant le Canadien Patrick Chan et le Français Brian Joubert, jeudi soir à Los Angeles.

Il est 5h54, ce vendredi matin, la rédaction du Vestiaire a la gueule de bois. Depuis une semaine, ses journalistes ont lu, écouté, observé le tourbillon médiatique qui a fait de son chouchou un double champion du monde. Il ne peut pas perdre. Après tout, est-il déjà tombé en grand championnat ? Mais l’AFP  s’est bel et bien invitée à la fête. Bug informatique ou véritable information ? Qui est ce Lysacek, même pas Tchèque ? C’est l’effet boule de neige,  les matinales radio reprennent la nouvelle sans même s’en étonner, le ton est de circonstance : « Ce gros nul de Brian Joubert s’est encore planté. » Qui peut croire ça ?  Vivons-nous une nouvelle affaire Besseghir ?

Les heures passent et  l’AFP ne parvient pas à infirmer l’info. Eric Millot tient sa revanche. Mieux, le génial Brian serait même troisième. Les premières vidéos tombent, France Télévisions a bien fait de payer des programmes nocturnes. Au visionnage, c’est le soulagement, rien n’explique que Joubert ait pu ne pas gagner. Il a changé son programme pour revenir à ce qu’il sait faire. C’est rôdé, efficace. Un programme parfait de bout en bout, enchaînant trois difficultés majeures.

Trois figures d’excellence : la première, il effectue un double pas, les genoux sur la glace. La deuxième, le fameux ventriglisse : à plat ventre, la gueule dans la balustrade. Puis vient le final, un salut au public et des poignées de cheveux dans les mains. Annick Dumont peut se féliciter de s’être appelée un jour Gailhaguet. Les spectateurs sont en transe. Malheureusement, la notation internationale récompense de moins en moins le patinage au ras du sol. Peizerat-Anissina en sont marris.

La roche de Joubert

« Brian Joubert, vous sembliez vraiment triste après avoir remporté votre treizième médaille internationale ? », lui demande Lequipe.fr. La question est certes intelligente, mais c’est le chiffre cité qui interpelle. Après enquête, nous avons trouvé cette petite phrase au détour de sa page Wikipedia : « Aujourd’hui, Brian a gagné toutes les grandes compétitions nationales et internationales, il ne lui manque qu’un seul titre, celui de champion olympique. » Et pourquoi pas une médaille aussi ?

Une compétion régionale, les Jeux Olympiques ? Probablement, pour un sport aussi populaire que le patinage, mais ça reste quand même un rendez-vous majeur de la saison d’athlétisme. Heureusement, sinon Brian pourrait être considéré comme un nul. Treize médailles dont quatre titres, c’est plutôt pas mal quand on est un espoir permanent de victoire, que l’on se considère comme le favori à chaque fois et que la concurrence est si féroce. Qui peut citer un autre patineur que Brian (indice plus haut) ? Il n’a disputé que dix-huit compétitions après tout, à 24 ans, la faute à de trop longs intervalles entre les grands rendez-vous. Pourquoi Plushenko, Stojko, Yagudin, Urmanov, Browning, Kulik, et Petrenko mettaient-ils si peu de chutes à leur programme ?

Verbe à frime

« Brian a les dents qui raclent le parquet. Il est bien, très bien. » Didier Gailhaguet, 2009, avant les mondiaux.
« Je sens que j’ai plus d’armes contre lui. » Brian Joubert, 2009. « Lui », c’est Plushenko.
« La technique est revenue, le physique est nickel, cela ressemble à un pic de forme. J’ai la caisse, je ne me pose plus de questions. » Brian Joubert, 2009, avant les mondiaux.
« Les échecs du début de saison m’ont fait perdre confiance, mais je ne suis pas mort. A partir de demain, c’est la saison 2010 qui commence et il ne faudra pas faire d’erreurs. » Brian Joubert, 2009, après les mondiaux.

Le Vestiaire, une fois de plus, fait son mea culpa. Le Poitevin n’est pas une arnaque. Ici en janvier 2008 et en mars 2008, notre spécialiste sports de glace s’était permis de dénoncer l’imposture Mlle Joubert. En conséquence, il sera augmenté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *