France-Lituanie : Peggy les bons tuyaux

dab

Le Vestaire bouscule aujourd’hui sa programmation après la démission de la dernière grande star de la téléréalité au lendemain du meilleur épisode de l’histoire du Domenech Show.

Vous avez posé vos questions sur equipe.vestiaire@yahoo.fr

Pourquoi la France a-t-elle donné une telle impression d’impuissance ?
Le Vestiaire n’a pas réponse à tout. Défense de merde, milieu inutile, attaque bidon sont des pistes, mais on ne peut être sûr de rien.

Défense de merde ?
Le mot est sans doute dur. Squillaci n’a fait que deux interventions minables sur trois possibles, Gallas a pris sa retraite anticipée, Sagna a des idées, mais pas le niveau, quant à Evra, on se demande encore pourquoi il n’est pas titulaire.

Milieu inutile ?
Malgré une pression lituanienne de chaque instant, les Diarra ont tenu bon. N’aurait-il pas fallu mettre deux ou trois récupérateurs de plus ? La question mérite d’être posée, mais nous ne sommes pas entraîneurs.

Les Diarra ?
Pas mieux.

Attaque bidon ?
Qu’Henry ne joue pas à son poste, d’accord, que Ribéry ne joue pas à son poste, d’accord, que Gourcuff justifie sa carrière milanaise, d’accord, mais que personne n’ait déposé de réserve sur la réalité du score, c’est scandaleux.

Domenech sort-il grandi de ce double succès ?
Evidemment, l’important c’est les trois points, on ne lui demande pas de construire une équipe, de sélectionner les meilleurs ou de ne pas faire pitié devant des équipes faibles.

Pour une fois, ses choix ne sont pas tous en cause, c’est déjà un début ?
Effectivement, Mandanda est une vraie trouvaille.

Son coaching ?
Laisser Luyindula se faire humilier est plutôt bien vu. Réorganiser correctement le jeu avant la 80e minute, c’est pas mal non plus. Faire des tests en plein match est toujours savoureux.

Le terrain et le public sont-ils exempts de tout reproche ?
Là encore, c’est très bien vu. La France, tout en livrant l’un de ses pires matches toutes époques confondues, est parvenue à limiter la casse.

Le nouveau Zidane était dans quelle équipe ?
Dans un match de niveau mondial, il y en avait forcément un dans les deux formations. Côté lituanien, on espérait beaucoup de Danny le vicieux, mais il n’a curieusement pas réussi un contrôle du match. Côté français, en l’absence de Gourcuff, on attendait beaucoup de Camel Meriem. Peut-être trop.

Comment la Lituanie a-t-elle pu un jour gagner un match ?
Comment Luyindula a-t-il pu signer un contrat pro ?

Domenech fait-il vraiment tout ce qu’il faut pour ne pas se qualifier ?
Lisez le prochain Domenech Show.

4 réflexions au sujet de « France-Lituanie : Peggy les bons tuyaux »

  1. Comment expliquer la hola du public ? y a t il un chauffeur de stade comme un chauffeur de salle chez ardisson ?
    Les spectateurs (et non pas les supporter) ont ils cru a une victoire lituanienne? Zidane était il sur le terrain? et Guivarch’?
    Le mauvais rêve continu, le niaphron a encore endormie tout le monde, il lui reste encore le banc.

  2. si on prend les résultats « brutes » , la doublette lituanienne s’est avéré une opération positive pour l’équipe de France : 6 points contre un adversaire direct pour la qualif. Seul hic , c’est que lors du tirage au sort , on avait prédit « un groupe facile » , « une ballade de santé » … On est loin de cette fameuse ballade et du parcours exemplaire des Pays-Bas. De là à imaginer que si en plus de se qualifié laborieusement les bleus nous faisait un remake de la coupe du monde 2002 , il n’y a qu’un pas.

    Et si la France n’était pas une si « grosse » nation de football ? 84 , 98 , 2000 , des (heureux) accidents de parcours ?

  3. Enfin l’info de la soirée a été donnée par maitre Jean-Mimi, à savoir que Mascherano, Xabi Alonso et Essien ne sont pas des milieux défensifs… Où s’arrête l’incompétence ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *