LdC : Chelsea, sex and sun

under

Opposition de styles crient les uns, terrain plus petit hurlent les autres. Le Barça n’aurait aucune chance. Et si le Real n’était pas une si mauvaise équipe ?

Le Vestiaire attendra le dernier moment pour en être sûr. Notre spécialiste foot, et même son despote hiérarchique, ne savent toujours pas s’ils regarderont la demi-finale retour de ce soir. En entier, contrairement au lever de rideau d’hier soir. Le déclic a pris l’avion avec ses coéquipiers : il s’appelle Thierry Henry, son genou décidera. Une finale anglo-britannique c’est pas toujours chiant.

S’il joue, le Barça se présentera ce soir dans sa configuration habituelle, avec les trois meilleurs milieux et les trois meilleurs attaquants du monde. Gerrard s’est mordu les doigts de ne pas pouvoir le contester, Essien risque de comprendre ce soir. Les chances de Chelsea tiennent en quatre mots : Caceres, Abidal, coups de pied arrêtés, arbitre. Les Anglais ne vont pas prendre le risque de jouer au ballon, on va quand même pas leur apprendre comment aller en finale de C1. De toute façon, Drogba ne serait pas d’accord, depuis quand c’est Anelka qui décide comment on attaque ?

Under the Bridge

En face, Messi peut tout à fait passer à côté de son match. Guardiola s’en fout, ça occupe encore les défenseurs pendant que Henry débloque les situations, avec ou sans Eto’o. Les plus éminents spécialistes craignent pourtant pour ce Barça, pompeusement présenté comme le plus grand de l’Histoire juste parce qu’il a marqué 100 buts en 34 matches dans un championnat qui n’est pas Hollandais ou parce qu’en Ligue des Champions, c’est 29 en 11 matches.

La menace n’est ni Ballack, ni Malouda : Stamford Bridge n’a pas les dimensions du Camp Nou. 103×67 contre 105×68, c’est effectivement sur les 239 mètres carrés manquant que Barcelone tourne à 62% de possession de balle moyenne, qu’Iniesta et Xavi réussissent leurs feintes de corps, que Eto’o reçoit tous ses ballons, que le Barça réussit à fixer d’un côté ou dans l’axe pour s’ouvrir des espaces de l’autre chaque fois, comme aucune autre équipe. Henry ne pourra prendre que huit mètres d’avance au lieu de dix sur Ivanovic, c’est baisé.

Pendant ce temps-là, Manchester s’est qualifié parce que Gibbs a glissé. Ca arrive même aux meilleurs, mais c’est très rare. Qui se souvient la Coupe du monde 1954 ?

4 réflexions au sujet de « LdC : Chelsea, sex and sun »

  1. Tout le monde aura évidemment remarqué les problèmes psychomoteurs de notre spécialiste qui semble davantage matteur que matheux, et ce comme la plupart de nos anciens lecteurs.

  2. Cette perspicacité n’est pas eto’onante de la part de votre spécialiste, messi Thuram n’avait pas joué au Nou camp, aurait il pu éviter les problèmes cardiaques?
    En plus de la taille du terrain, ce soir la pelouse sera t’ elle cech afin d’éviter les glissades des defenseurs?
    Le nouveau Marquez, Caceres sera t-il Piqué?
    Le Barça devra t il attendre la rentrée en fin de match de michel hleb pour faire rire (ou plutôt pleurer) les spectateurs de Stamford Bridge?
    Cristian Jean Pierre nous rejouera t-il larqué type du mauvais commentateur sportif? Sera t-il extasié par la terry-ble defense de chelsea?
    Jean Michel aulas regrettera t-il les transferts d’ Essiens? Celui d’Abidal?
    Domenech sera dans les tribunes pour voir la prestation de Malouda, Henryra t-il?

  3. Information l’equipe de dernière minute : bush reprend du service dans l’axe de la défense du bien contre le mâle. Sera t-il l’arbre qui cache la forêt? Chelsea essaiera t’il d’envoyer des scuds pour tester le bouclier anti missiles catalan? Rien n’est moins sur, le gus hollandais préférera apporter de l’eau à son moulin en sécurisant son puits presqu’à cech, et essayera sans doute d’envoyer des avions dans les tours de l’arrière garde espagnole. Ben laden n’a t’ il pas réussi à marquer deux buts aux New York Red Bull?

  4. Chelsea aura bien envoyé un scud par l’intermédiaire d’Essien, Aulas en pleure encore. Mais heureusement, le football l’a emporté contre l’infâme tactique communiste bâti par Hiddink.
    La peulous n’était pas cech, mais aucun défenseur n’a glissé comme gibbs.
    L’arbitre de la rencontre a rappelé à Aulas qu’il n’aurait jamais du acheter un attaquant norvegien nommé Carew, mais qu’il se rassure, essien non plus ne jouera pas la finale, comme tous les joueurs de claude puel.
    Le barça devra quand même trouvé une défense pour la finale, privé de alves et abidal, cela semble difficile d’entrevoir une issue favorable pour les catalans dans la quête de la coupe aux grandes oreilles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *