Ligue 1, Toulouse : La guigne ou la gnac ?

guigne

Meilleure défense, meilleur gardien, meilleur buteur : Toulouse a les trois, Marseille aucun. Qui est en Ligue des Champions ?

C’est le dilemme toulousain par excellence. Toujours hésitant, le Téfécé hésite entre le bon et le pas très bon niveau depuis plusieurs saisons. Le bon président Sadran s’en tient à ses fêtes foraines les soirs de match, Mansaré n’a d’ailleurs toujours pas quitté le club. De Liverpool à Laurent Battles, de Moreira à Gignac, le grand écart est permanent. Au moment de viser la jambe de Maradona, Despeyroux se posait moins de questions. Ca n’explique pas pourquoi Toulouse a réussi à ne pas finir sur le podium. Le Vestiaire livre les pourquoi du comment.

Parce que Toulouse est capable de se transcender

C’est l’équipe des grandes occasions. Mieux, à Monaco, là où Bordeaux avait tout tenté pour perdre, en vain (4-3), là où même Le Havre et Nantes avaient passé une belle soirée, Toulouse a réussi le coup de force. Une défaite 3-2, après avoir mené deux fois au score. L’ambition n’a pas de prix, comme ce Lolo dont on ignorait l’existence jusqu’à son but à la dernière seconde. Toulouse, c’est aussi deux défaites à domicile, contre Caen (1-0) et en demi-finale de Coupe de France contre Guingamp (1-2). A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire, s’est aussi rappelé Casanova les soirs de défaites à Lorient et Grenoble. Une qualification en Ligue des Champions se perd vite, les ballons enroulés de Mansaré aussi.

Parce qu’ils n’ont perdu qu’une fois dans les dix dernières journées

Toulouse a été l’équipe du sprint final avec Lille. Gignac ne mérite certes pas le titre de Bastos toulousain, mais le TFC a fait parler son expérience de l’an dernier. A cinq points du leader Marseille après la 31e journée, les Toulousains ont senti le titre, comme Civelli. Accrochés au bon wagon, ils n’ont pas lâché : une seule défaite concédée à Grenoble (32e journée), puis la révolte pour accrocher Lorient, Marseille, Lille, Saint-Etienne et Lyon. En maintenant en permanence la pression sur Lyon, Marseille et Bordeaux, ils y ont cru jusqu’au bout. Ils terminent à 16 petits points de Bordeaux.

Parce qu’il y a une Bergougnoux-dépendance

C’est un mal nouveau, difficile à identifier. Gignac décisif avec ses 24 buts, il restait à trouver le bon complément. Braaten est arrivé, mais c’est finalement entre Larsen, l’autre nouveau, et Bryan, la vieille connaissance, que le rôle clé va se jouer. Et finalement, c’est Bergougnoux qui a empoché la mise. Dédé le dévoreur d’espace veut tout pour sa gueule, Bryan a compris, il doit faire le ménage sur le front de l’attaque. Treize fois titulaire, dix fois remplaçant, deux buts, il se fait discret pour le plus grand bien du collectif. Moussa Cissoko est second meilleur buteur du club, Cetto et Didot suivent : du travail bien fait.

A la suite d’une saison précédente fructueuse à Toulouse où il a appelé Gignac « Bergougnoux » toute l’année, Elie Baup avait pourtant été remercié. Heureusement, Nantes lui a fait confiance et n’a aucune raison de le regretter.

Une réflexion au sujet de « Ligue 1, Toulouse : La guigne ou la gnac ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *