Carte blanche : Evra naissant

A l’occasion de la sortie du Hoodie AW77, le Vestiaire vous retrace l’itinéraire d’Ulis. Nono le petit robot aura de quoi s’habiller en plus c’est du Nike.

Patrice Evra n’est pas seulement un héros de jeu vidéo. Super Patrice est joueur de foot, là où Super Mario n’était que plombier. Son destin est exceptionnel dès sa naissance: aux Ulis comme Thierry Henry.

A 16 ans, comme il est ciblé par tous les grands centres de formation français, il signe à Marsala. Puis direction Monza, toujours en Italie, et il n’aime pas la F1. Thierry Henry, comme Bernard Pardo avant lui, ont montré la voie, il faut rejoindre la côte d’Azur. OM ou Monaco : il opte pour Nice en D2. Patrice a de la suite dans les idées et il rejoint Henry à Monaco, sauf que Titi y passe seulement les week-end avec une Coupe du Monde sous le bras et pas mal d’autres trophées de meilleur buteur.

En 2004 c’est la consécration, Evra fait mieux, il est finaliste de Ligue des Champions, et sélectionné en Equipe de France. Il faut un nouveau modèle, Sagnol est dans la chambre d’à côté, il décide de l’ouvrir bien grande.

Autoproclamé meilleur latéral gauche, il part à Manchester, évidemment c’est l’enterrement. Puis la résurrection. Heinze signe, Evra joue et devient même indiscutable. En équipe de France c’est pareil, le meilleur joue, c’est lui, Abidal ou Clichy, qui a dit choix par défaut ? Certainement pas son ami Thierry Henry qui se régale de ses passes décisives comme du temps de Zizou. La partie peut donc durer jusqu’au dernier match.

Enfin, la carrière de Pat croisera la route de Nike, de Blogrider et du Vestiaire et vous connaissez la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *