Domenech show saison 6 épisode 3 : Yougo delire

cogle2

Le miracle s’est produit, la France a enfin gagné un match à sa portée. La Serbie s’est subitement transformée en équipe de France et la France en Roumanie. Un match nul qu’on peut gagner ça rapporte deux points ? Papy Courage se réjouit déjà après un prodigieux, « on va gagner les 4 », il s’est laissé allé à un délicieux « on va gagner les 2 » .

Les scénaristes du septième épisode du Domenech show nous ont enfin offert de l’inédit. Après les équipes nulles, les équipes moyennement nulles, cette fois les telespectateurs ont eu droit aux bonnes équipes qui en vrai sont nulles. Comme d’habitude notre héros avait livré son équipe type, celle qui prend des buts parfois et qui en marque parfois : à part une charnière qui avait fait ses preuves à l’Euro 2008 face à l’Italie, Benzema était bien sur le banc. Petite perversion des producteurs, l’arbitre était italien,  Domenech pourra toujours rappeler son dégoût des pâtes, si ça jamais ça tournait bien.

 Zigic, il s’appelle Zigic

Mais Raymond n’a pas son texte, du coup il ne sait pas trop comment participer à la défaite du jour. Mais ‘il sait que chaque joueurs connaît parfaitement sa partition pour éviter la victoire. En 13 minutes, ils vont plier le match. Gourcuff  qui écrit Zidane « Ziani » cherche la tête de Toulalan dans la surface, Gignac retrouve ses vieux réflexes de fêtes foraines et plaque un Serbe, Gallas prend l’eau, Lloris est suffisament serein pour passer le ballon à la tribune présidentielle. Puis bizarrement le score affiche soudainement 1-0, Mandanda se retrouve sur le terrain, la charnière est nulle. Dans le temps additionnel de la première demi-heure, Henry ne fait que ce qu’il sait faire : être décisif dans les matchs importants. C’est l’instant que choisissent Ribéry et Gignac pour apprendre la victoire des Feroés sur la Lituanie. Puis la Serbie cède sa place au Montenegro. L’inquétude grandit alors chez Domenech : « et si ses joueurs réussissaient à en planter un de plus ».

Marakaka

Face à d’aussi transparents adversaires tout est possible. Un fois de plus le doute est vite chassé par les frappes d’Anelka. Mais Domenech n’est pas complètement rassuré et  une bonne douzaine d’occasions plus tard,  Henry quitte le terrain, le Ribéry actuel fait son entrée. L’arbitre siffle, Raymond est soulagé les trois points sont évités de justesse. « Il y avait tout! » s’écrie-t-il au micro d’ Astorga persuadé comme toujours qu’un match nul, ça vaut une victoire. « Après ça il ne peut plus rien vous arriver ». Gagner peut-être ?

Le cours Florent

Lloris : Coupet compatit. Expulsé avant la fin de l’échauffement, il a pu apprécier la belle performance de Mandanda.

Sagna : Son problème n’est pas de défendre contre la Serbie mais d’attaquer contre la Moldavie.

Gallas : Au marquage d’Abidal, il a pris l’eau dès le début du match. Malin, il se baisse régulièrement sur les coup francs pour surprendre l’attaquant seul face au but.

Abidal : Aligné pour la première fois à son vrai poste depuis France-Italie, il a tout de suite retrouvé son niveau. Mais pourquoi donc ses entraîneurs de club s’obstinent-ils à le faire jouer sur un côté ?

Evra : Les Serbes avaient promis l’enfer, ils ne pensaient pas à ses dribbles et à ses centres.

Diarra : Il ne savait pas combien de temps Toulalan jouerait à côté de lui, il est donc rentré dans la gueule d’un maximum de Serbes. C’est pas mal. But ou passe décisive ?, demande Vieira.

Toulalan : On l’a vu frapper et centrer, ce n’est jamais bon signe pour le niveau réel de l’adversaire. Evidemment, ça a fait deux fois 6 mètres.

Gourcuff : Cramé, il avait évidemment sa place dans le onze de départ, pardon le dix. Un sacré milieu défensif. Préservé en fin de match pour assurer la victoire.

Anelka : Une frappe cadrée, un but, heureusement que Stojkovic et Henry l’ont aidé. Beaux crochets, frappes hors cadre ou positions de hors jeu, Nico n’aime pas choisir.

Henry : On avait un doute sur Stankovic, mais il y avait bien un seul grand joueur sur le terrain hier. Une star, ça se préserve dans le dernier quart d’heure, surtout quand c’est le seul joueur qui peut faire gagner l’équipe.

Gignac : La mauvaise pioche. Domenech comptait sur 90 minutes pleines pour confirmer la Roumanie, il n’a pu que le flinguer au bout de 5.

Benzema : Domenech regrettera longtemps de ne pas l’avoir aligné d’entrée.

Malouda : Il a eu un maillot et s’est échauffé à la mi-temps.

Christian Jeanpierre

Lazovic expulsé rejoint le tunnel et se retourne pour voir le match. Christian, qui connaît bien les règlements internationaux, bondit. « Il a pas le droit de rester là. Il a pas le droit ! »

Domenech tripote son SFR. Du jus de citron dans les yeux, un merci au comité de soutien et c’est dans la poche jusqu’aux Féroé. Pour une fois, pas d’arrogance ? « Quand on répète les matches à ce niveau-là, ça veut dire quelque chose. »

5 réflexions au sujet de « Domenech show saison 6 épisode 3 : Yougo delire »

  1. Quel est le point commun entre Thierry Henry et Roger Federer?
    Le premier qui répond qu’ls utilisent la même marque de rasoirs sera puni très sévèrement: au choix, un diner en tête à tête avec JP Escalettes ou JC Hamel, ou pire, une nuit entière avec Loana.

  2. Ils sont les meilleurs dans leur domaine respectif, ont un palmares long comme la b… de l’un des deux, sont encore en activité, parlent français et sont les 2 seuls à réunir ces 4 caractéristiques ? ah merde y’a Loeb aussi … je donne ma langue au chat gégé.

  3. ma « Domenaquade » préférée, c’est quand il enleve Gourcuff pour mettre Diarra comme si:
    1) le match nul était un bon résultat
    2) l' »équipe » (entre guillemets bien sur) en face pouvait devenir dangereuse dans le dernier quart d’heure
    3) 2 milieux défensifs sur le terrain, ce n’était pas assez!!!

  4. tout son coaching était à chier : le 11, sortir gignac, attendre la 80° pour faire les changements, sortir henry, faire rentrer ribéry, ne pas faire rentrer benzéma, attendre 5 minutes sortir Goucuffe, faire rentrer diarra, ne pas mettre benzéma, laisser toulalan, ne pas mettre benzéma.
    C’était proche de la déchéance, mettre mandanda c’est pas totalement con, un peu quand même, et heureusement il a sauvé le match en faisant rentrer benzéma pour le doublet…

  5. La particularité anatomique à laquelle tu fais référence, cher Kannsen, lui a valu le doux sobriquet très évocateur: Anaconda. Mais tu me permettras de ne pas te suivre sur ce terrain pour deux raisons:
    – primo: je n’ai pu constater la chose de visu n’ayant pas la proximité suffisante avec l’intéressé pour aborder ce type de sujet
    – deuzio: mon orientation sexuelle me fait me désinteresser de ce type de détail (si on peut dire) tout en ressentant au fond de moi, je l’avoue, comme une espèce de jalousie confuse.

    Nonobstant cette digression quelque peu triviale, tes réponses témoignent d’un grand sens de l’observation de la chose sportive et de la nature humaine.
    Malheureusement, je ne peux pas te proclamer vainqueur de ce grand jeu (dont le réglement est déposé chez Maitre Cinquante Huit, huissier de justice).

    La réponse est que Thierry Henry, aux yeux de la rédaction du Vestiaire, se rapproche du « Hall of Intouchables », déjà fort bien fréquenté, et entre autres, par Rodgeur, qui à mes yeux, est l’Intouchable des Intouchables.

    Merci pour ta participation, cher Kannsen. Avant de partir, n’oublie pas de voter au grand sondage « Le Tour de France 2009 sera… » (perso j’ai voté 4 fois) avant que le Webmaster du Vestiaire rentre de vacances.
    Sois gentil d’éteindre en sortant.
    A+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *