Ligue 1, Girondins : Cave au grenier

pistol

Comme à l’époque lyonnaise, la LFP a choisi d’aider Bordeaux à aller loin en ligue des champions. Après Grenoble : Boulogne, Saint-Etienne, Auxerre, Le Mans, Nancy,  Lyon ou encore le PSG seront sur la route des Girondins. C’est quand même cool la ligue 1.

En devenant champion de France après avoir écrasé la fin du championnat, Laurent Blanc ne pouvait pas deviner qu’on lui déroulerait à ce point la tapis rouge Bordeaux.

Lolo en Ferrari

Tout a commencé en Ligue 1 lorsque les hasards du calendrier ne lui ont offert que 19 relegables à affronter. Du coup Lolo a pu finir de récurer ses vieux ustensils. Henrique ne sait pas s’il est vieux ou sale, les lentes de Cavenaghi sont probablement fixées. Le patron a même pu en acheter de nouveaux et essayer de cuisiner avec. Comme quand l’école voisine venait avec un de moins on prêtait une fille, Plasil a fait le nombre.  Blanc a même eu le temps de bizuter. Faire croire à Chamakh qu’il pourra rejoindre sa penfriend à Londres, ou répéter le nom de Ciani dans toutes les ITW pendant deux mois.

Pisse and love

Tout aurait pu s’arrêter là, mais Bordeaux s’est retrouvé miraculeusement engagé aussi en Ligue des champions. Et surprise, encore trois relégables et cette fois il y a même pas Cluj. Du coup Blanc s’est organisé pour n’humilier personne. Ciani face à Marseille avec un seul match dans les jambes, la Juve avec trois. Une impressionnante domination, la rentrée de Ramé, et un but de Plasil pour finir, tout est permis même de ne faire jouer que 10 minutes à Gouffran.

Bellion rugit

Le boss va maintenant pouvoir reprendre ses cours de solfège en refoutant Henrique et pourquoi pas Sertic, Jussié, Traoré et Bellion, voire Cavenaghi pour rigoler un peu face à Boulogne. Après tout personne n’a rien promis. Il ne restera qu’une inconnue pour Laurent Blanc, la même que tout le monde : Platini Zidane et Chamakh viendront-ils piger au club avant les huitièmes ? Et même avant Arsenal et le Real. Adversaires ou coéquipiers ?

Pendant ce temps-là Deschamps cherche à savoir si on s’est foutu de sa gueule ou si Diawara, Heinze et Taïwo font partie de sa défense. Puel a d’autres soucis, la presse lui a fait croire que son équipe actuelle était meilleure que la précédente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *